Crash A320 : la boîte noire est "arrivée à Paris"

"Il s'agit d'éviter les suraccidents aériens", a précisé à l'AFP le lieutenant-colonel de gendarmerie Jean-Marc Ménichini.[ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP]

La boîte noire retrouvée dans les débris de l'Airbus A320 de la compagnie Germanwings, qui s'est écrasé dans le sud de la France, "est arrivée à Paris" et "son exploitation commencera dès ce (mercredi) matin", a annoncé le secrétaire d'Etat aux Transports Alain Vidalies.

 

Le Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA) "a reçu cette boîte, endommagée, mais on pense qu'elle sera exploitable. En deux temps probablement. S'il y a des voix, (ce sera) assez rapidement. Ensuite, s'il s'agit d'analyser les sons, ça peut demander plusieurs semaines, mais c'est un travail qui va peut-être nous donner l'explication", a poursuivi M. Vidalies, qui s'exprimait sur Europe 1.

L'analyse concernera "dans un premier temps les voix humaines, c'est-à-dire les conversations", a souligné le secrétaire d'Etat.

"Mais même s'il n'y a pas de conversation dans le dernière demi-heure, il peut y avoir ensuite un travail sur les bruits à l'intérieur du cockpit", a-t-il ajouté, précisant que "le silence et surtout les bruits (...) peuvent révéler l'utilisation de tel ou tel appareil dans le cockpit. Mais là, c'est un travail de plusieurs semaines, voire plusieurs mois".

Pour le secrétaire d'Etat, "toutes les hypothèses (sur les causes de la catastrophe) existent à partir du moment où on ne connaît pas la vérité. Mais, à ce jour et à cette heure, le travail qui est fait n'est pas un travail qui privilégie l'hypothèse d'intrus, ou d'un attentat pour être clair".

Interrogé sur la présence éventuelle dans l'appareil de passagers portant des noms "dont on pourrait soupçonner qu'ils sont en mission suicidaire", il a affirmé qu'il n'y avait "aucun nom de cette nature".

 

 

L'hypothèse de l'explosion en vol écartée

Les premières observations "permettent d'écarter une hypothèse, c'est l'explosion en vol (...). On sait ce qui s'est passé exactement, que l'avion a heurté la montagne. On a aujourd'hui cette descente qui est une interrogation en soi", a-t-il déclaré.

Alain Vidalies a également fait état du dernier contact avec l'équipage, "à 10H31, le moment où l'avion passe d'un système de contrôle à l'autre, c'est-à-dire d'une zone à l'autre. Il donne à ce moment là un accord, et il dit +oui je vais suivre cette trajectoire+ et après, rapidement, l'avion commence cette descente. Qui n'est pas une descente trop rapide, qui est presque une descente normale, pendant huit minutes, et il heurte la montagne".

Dans l'avion, outre des Allemands et des Espagnols, se trouvaient "des Belges, Anglais, Turcs et il y a un certain nombre de vérifications en cours, puisque nous sommes à l'intérieur de l'espace Schengen", où les passeports des voyageurs ne sont pas vérifiés, a-t-il encore expliqué.

Par ailleurs, également interrogé sur Europe 1, le président de la Catalogne Artur Mas a indiqué qu'un "enregistrement des images de l'avion qui part" existait, et que ces images "seront examinées" par les enquêteurs.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles