Crash A320 : la piste terroriste n'est "pas privilégiée", selon Royal

Ségolène Royal, ministre de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Énergie. AFP / Archives

La ministre de tutelle des Transports, Ségolène Royal, a affirmé mercredi sur RMC que "toutes les hypothèses (étaient) envisageables" pour expliquer l'accident de l'Airbus A320, tout en assurant que la piste terroriste n'était "pas la piste privilégiée aujourd'hui".

 

 "Toutes les hypothèses sont envisageables, l'enquête est en cours, à ce stade on ne peut rien dire de plus", a souligné la ministre, qui s'était rendue dans la journée de mardi sur le lieu de la catastrophe de l'Airbus A320 près de Barcelonnette (Alpes-de-Haute-Provence).

Interrogée à propos de l'hypothèse d'un acte terroriste, la ministre a répondu : "Ce n'est pas la piste qui est privilégiée aujourd'hui".

Mme Royal a par ailleurs confirmé que la boîte noire retrouvée sur les lieux du drame était bien "l'enregistreur phonique, ce n'est pas encore la boîte noire des paramètres techniques". "On saura dans la journée quel est le degré possible d'exploitation de cette boîte noire", a-t-elle précisé.

L'Airbus 320 de la compagnie allemande Germanwings, avec à son bord 150 personnes (144 passagers et six membres d'équipage), s'est écrasé mardi matin dans le sud des Alpes.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles