L'hélitreuillage des corps des victimes a débuté

Un hélicoptère survole la zone du Vernet, dans les Alpes-de-Haute-Provence, lieu du crash du vol de la Germanwings le mardi 24 mars 2015. .[ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP / Archives]

Au lendemain du crash de l'A320 de Germanwings dans les Alpes qui a coûté la vie à 150 personnes, les zones d'ombre persistent sur les causes du drame qualifié d’"inexplicable" par la compagnie aérienne. Une boîte noire est arrivée à Paris dans la matinée, l'enveloppe de la deuxième a été retrouvée. Des familles de victimes sont attendues jeudi matin.

 

21h42 : L'hélitreuillage des corps des victimes du crash a commencé en milieu d'après-midi mercredi, avant l'interruption des recherches à la tombée de la nuit, a-t-on appris de source proche de l'enquête. Désormais, les familles des victimes sont attendues demain jeudi sur les lieux du drame. Le BEA n'a toujours "pas la moindre explication" pour expliquer l'accident.

20h55 : Les équipes d'Allemagne et d'Australie ont observé une minute de silence mercredi avant le coup d'envoi de leur match amical à Kaiserslautern, en mémoire aux 150 victimes du crash de l'Airbus A320 de la compagnie allemande Germanwings, survenu la veille.

20h40 : Les Etats-Unis ont annoncé qu'il y avait trois Américains à bord de l'Airbus A320. "Pour l'heure, nous pouvons confirmer la mort de deux citoyens américains", a déclaré la porte-parole du département d'Etat Jennifer Psaki.Elle a ajouté qu'un "troisième ressortissant américain était à bord de l'avion" mais sans vouloir annoncer officiellement son décès, ni son identité.

20h23 : La compagnie Lufthansa affrétera jeudi deux vols au départ de Dusseldorf et Barcelone vers la France, pour que les proches des victimes de l'accident de l'A320 de sa filiale Germanwings puissent se rendre près du site du crash

19:53 : Les recherches et les investigations autour de l'épave de l'Airbus A320 de Germanwings qui s'est écrasé mardi dans les Alpes-de-Haute-Provence ont été interrompues mercredi soir à la tombée de la nuit, a-t-on appris auprès de la gendarmerie.

19:38 : Le ministère de l'Intérieur a diffusé une nouvelle vidéo du site du crash :

 

19:26 : Une minute de silence sera observée avant le coup d'envoi du match amical entre la France et le Brésil, jeudi au Stade de France, à la mémoire des victimes de l'accident de l'Airbus A320 de la compagnie allemande Germanwings, a annoncé mercredi la Fédération française de football.

19:15 :

19:03 : Des familles de victimes du crash de l'Airbus A320 sont attendues jeudi matin à l'aéroport de Marignane, d'où elles seront prises en charge pour être acheminées sur le site de la catastrophe. Elles doivent arriver à bord de deux avions de Lufthansa, en provenance de Düsseldorf et de Barcelone, a-t-on précisé de même source.

18:36 : Selon une journaliste de France TV Info qui cite la gendarmerie, l'évacuation des restes des corps a débuté par hélicoptères.

17:32 :  Selon le BEA, "l'avion a volé jusqu'au bout, il n'y a pas eu d'explosion".

17:27 : "A ce stade, on ne ferme aucune hypothèse", indique le BEA.

17:19 : "Nous avons réussi à extraire un fichier de données audio utilisable. Nous savons que c'est bien relatif à ce vol là. Il est trop tôt pour en tirer la moindre conclusion. Il y aura un travail détaillé pour interpréter les sons sur ce fichier. L'audio va jusqu'au bout du crash", affirme le BEA.

17:18 : Le BEA, en l'état, n'a pas "la moindre explication" sur la raison du crash de l'A320, a expliqué le directeur du BEA. Il est "trop tôt pour en tirer une conclusion", a-t-il ajouté.

16:54 : "Tout sera mis en oeuvre" pour remettre les corps aux familles, a déclaré François Hollande. "L'enveloppe de la deuxième boîte noire a été retrouvée mais pas la boîte noire elle-même", a ajouté le président.

16:34 : Le département d'Etat a confirmé mercredi que deux Américains avaient péri dans l'accident de l'Airbus A320 mardi en France.

15:46 : Un communiqué de la présidence de la République fait état "de deux nouvelles victimes identifiées ayant la nationalité espagnole", portant le nouveau bilan à 51 Espagnols au lieu de 49 annoncés à la mi-journée.

14:16 : Le président François Hollande, la chancelière Allemande Angela Merkel et le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy sont arrivés à Seyne-les-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), non loin du lieu du crash de l'avion A320 de Germanwings.

12:56 : Thomas Winkelmann, le directeur général délégué de la compagnie Germanwings, indique qu'au moins 72 passagers allemands se trouvaient à bord de l'avion.

12:40 : Le secrétaire d'Etat espagnol à la Sécurité annonce qu'au moins 49 Espagnols figurent parmi les 150 victimes du crash.

12:35 : Les autorités britanniques font savoir qu'au moins trois de leurs ressortissants sont décédés dans le crash de l'A320 de Germanwings.

12:15 : Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement, a indiqué qu'il y aurait une "communication" mercredi à 16H00 sur l'analyse de la boîte noire de l'Airbus A320 de Germanwings. "Elle est endommagée mais on aura cet après-midi des précisions pour savoir si on peut tout de suite en tirer des informations ou s'il faudra attendre", a-t-il précisé devant la presse.

12:00 : Les médias espagnols rapportent que les députés ont observé à midi une minute de silence, ainsi que les sénateurs et de nombreuses administrations un peu partout dans le pays. Un instant d'intense émotion largement relayé sur les réseaux sociaux.

 

 

11:35 :  Un temps de recueillement est organisé au lycée Joseph König d'Haltern am See (ouest de l'Allemagne) dont 16 élèves sont morts dans le crash de l'A320. Tous les drapeaux ont été mis en berne. Dans l'intervalle le patron du groupe aérien Lufthansa, Carsten Spohr, a annoncé que l'avion de Germanwings était "techniquement irréprochable" et a qualifié l'accident d'"inexplicable".  

10:40 : Un vol Germanwings à destination de Düsseldorf a décollé mercredi matin de l'aéroport de Barcelone.

09:35 :  Le secrétaire d'Etat aux Transports Alain Vidalies déclare que la boîte noire retrouvée dans les débris de l'avion "est arrivée à Paris" et que "son exploitation commencera dès ce (mercredi) matin".

 

 

08:45 : Ségolène Royal, la ministre de tutelle des Transports, a affirmé au micro de RMC que "toutes les hypothèses (étaient) envisageables" pour expliquer l'accident de l'Airbus A320, tout en assurant que la piste terroriste n'était "pas la piste privilégiée aujourd'hui".

07:30 :  le travail d'enquête a repris mercredi matin à l'aube avec l'héliportage d'une trentaine d'hommes. Une mission rendue compliquée dans une région montagneuse particulièrement difficile d’accès.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles