Crash A320 : pour Valls, "tout s'oriente" vers la thèse d'un acte volontaire

[BORIS HORVAT / AFP]

Manuel Valls a déclaré vendredi au sujet du crash de l'AR320 que "tout s'orient(ait)" vers l'hypothèse d'un acte délibéré du copilote de l'Airbus A320 de Germanwings, révélée jeudi par le procureur de Marseille, même si "aucune piste ne peut être écartée".

 

"Par principe, il n'y a aucune piste qui peut être écartée. Nous devons attendre la fin de l'enquête. La justice devra la vérité aux familles et aux proches des victimes. Même si hier, le procureur a donné suffisamment d'éléments pour que nous puissions penser que ce geste fou, incompréhensible, horrible, soit à l'origine de ce crash", a déclaré le Premier ministre sur iTELE.

"Tout s'oriente vers ce geste qu'on n'arrive pas à qualifier: criminel, fou, suicidaire... Comment peut-on imaginer qu'un pilote en qui on a toute confiance, ce sont des héros pour beaucoup - quel n'est pas le gamin qui a envie de devenir pilote - qui précipite, après avoir fermé la porte ou empêché le pilote de rentrer dans la cabine, l'avion dans la montagne", a poursuivi le Premier ministre.

 

Perquisitions

Dans l'ouest de l'Allemagne, des enquêteurs ont effectué jeudi dans la soirée des perquisitions aux deux domiciles du co-pilote Andreas Lubitz.

"Il appartient à la justice, notamment aux enquêteurs allemands et bien sûr à la Lufthansa d'apporter tous les éléments sur le parcours et le profil de ce pilote", a dit Manuel Valls.

"Je tiens à saluer l'extraordinaire travail des services de l'Etat français, gendarmes, sapeurs-pompiers, services de santé, sécurité civile, bénévoles, élus locaux - je pense au maire de Seyne. Tout le monde est mobilisé pour récupérer les corps et que les familles puissent enfin pouvoir leur rendre un dernier hommage", a conclu le Premier ministre.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles