Un amendement pour lutter contre les sites pro-anorexie

L'amendement vise à lutter contre les sites dits "pro-ana" qui font l'apologie de l'anorexie. [FRANCOIS GUILLOT /AFP ]

Les députés ont adopté dans la nuit de mercredi à jeudi 2 avril un amendement contre l'incitation à la maigreur excessive.

 

Un an d’emprisonnement et 10.000 euros d’amende. C’est ce que risqueront les contrevenants au délit d’incitation à la maigreur excessive, créé par un amendement au projet de loi de santé adopté dans la nuit de mercredi à jeudi 2 avril par l’Assemblée nationale.

Un texte déposé par le député PS Olivier Véran, neurologue au CHU de Grenoble. Ce dernier s’est félicité de son adoption, et a aussitôt précisé qu’il ne remettrait pas en cause la liberté d’expression sur Internet. 

Car ce sont essentiellement des pages web qui sont visées par le texte. Venus des États-Unis, les sites dits "pro-ana" font ainsi l’apologie de l’anorexie, présentée comme un mode de vie. Photos de jeunes femmes à la maigreur extrême, injonction à supprimer certains aliments, conseils pour échapper aux soupçons des proches... Autant de contenus qui peuvent avoir une influence néfaste sur les jeunes.

 

Une pathologie qui peut être fatale

En France, l’anorexie touche 30.0000 à 40.000 personnes, dont 90% de femmes, le plus souvent à l’adolescence selon l’Inserm. Des chiffres alarmants sachant qu’il s’agit d’une des pathologies psychiatriques les plus meurtrières avec 5% de décès, notamment par suicide.

Par ailleurs, un amendement visant à interdire le recrutement de mannequins trop maigres avait également été déposé mais n’a pas été adopté, jugé porteur de discriminations à l’embauche.   

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles