Plusieurs milliers de manifestants contre l'austérité

Manifestation contre l'austérité à Nantes, ce jeudi 9 avril. [GEORGES GOBET / AFP]

Plusieurs milliers de manifestants "anti-austérité" ont quitté jeudi 9 avril la place d'Italie en direction des Invalides, à Paris, emmenés notamment par les leaders de la CGT et de FO, Philippe Martinez et Jean-Claude Mailly.

 

"Le mot d'ordre, c'est contre l'austérité et pour des politiques alternatives à celle du gouvernement et du Medef: revalorisation des salaires, réduction du temps de travail, tout ce qui fait en sorte qu'on puisse développer l'emploi", a expliqué à l'AFP le secrétaire général de la CGT, à la tête d'un cortège long et dense, essentiellement composé de militants de sa centrale.

"On veut dire au gouvernement que la politique qui consiste à donner toujours plus d'argent public aux entreprises privées, sans contrôle, sans mesure d'efficacité de ces mesures, ça ne marche pas", a-t-il dit.

 

Appel de quatre syndicats

En tête du cortège constitué à l'appel de quatre syndicats - CGT, FO, FSU, Solidaires -, une large banderole était frappée des revendications: "Contre l'austérité, pour les salaires, les services publics, l'emploi, la protection sociale".

"Le slogan qu'on a pris c'est +maintenant ça suffit!+, il faut le social, mais pour le moment on n'est pas entendus", "M. Gattaz (le patron du Medef, ndlr) a plus l'oreille du gouvernement que les organisations syndicales", a renchéri Jean-Claude Mailly auprès de l'AFP.

 "Ça fait des mois qu'on explique au gouvernement qu'il faut changer d'orientation économique, qu'on est dans une logique d'austérité, ça se voit sur l'emploi, le chômage, les investissements publics, les salaires", a-t-il déploré.

 

80 défilés en région

Dans la matinée, plusieurs milliers de manifestants se sont rassemblés en régions, où plus de 80 défilés étaient programmés.

Avec ce défilé national, la CGT espère aussi faire une démonstration de force et d'unité, après la crise sans précédent qui a abouti à la démission de son ex-numéro un, Thierry Lepaon.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles