Contrôleurs aériens : levée du préavis de grève de jeudi à samedi

La SNCTA, premier syndicat des contrôleurs aériens, a annoncé lundi la levée de son préavis de grève de jeudi à samedi.[VALERY HACHE / AFP]

A l'issue d'une réunion, lundi 13 avril, avec la Direction générale de l'aviation civile (DGAC),  le premier syndicat chez les contrôleurs aériens, le SNCTA, a annoncé qu'il levait son préavis de grève de jeudi à samedi.

 

Le syndicat, dont un premier appel à la grève avait entraîné mercredi et jeudi derniers l'annulation d'environ la moitié des vols, affirme avoir obtenu la reconnaissance de "trois niveaux de négociations" au sein de la DGAC, dont l'un permettant de traiter les problématiques catégorielles au niveau des "corps" de métier.

Il s'agissait pour le SNCTA d'un enjeu majeur au moment où l'aviation civile et le gouvernement réfléchissent à une réorganisation plus productive du travail. Le syndicat revendiquait le droit de mener une négociation au niveau du corps des contrôleurs, et non au niveau global.

 

Satisfaction

La "DGAC nous a soumis un document qui nous donne satisfaction", "considérant l'avancée faite par le gouvernement, nous levons le préavis des 16, 17 et 18 avril", a indiqué à l'AFP Roger Rousseau, secrétaire national du SNCTA (49,8% des voix chez les contrôleurs).

Cependant, le SNCTA a décidé de maintenir son préavis déposé du 29 avril au 2 mai pour maintenir la pression tant qu'il n'aura pas obtenu l'assurance qu'il s'agit d'une proposition "ferme et définitive". 

 

Trois "niveaux de négociations"

Selon le syndicat, l'Usac-CGT, deuxième syndicat chez les contrôleurs mais première organisation représentative au niveau de tous les effectifs DGAC, a "très très mal réagi" et a quitté la séance.

Dans sa proposition, consultée par l'AFP, la DGAC propose de retenir à l'avenir trois "niveaux de négociation": un "niveau global DGAC pour les sujets transverses", un autre dit "service à compétence nationale" pour les "thèmes propres" à la Direction des services de la navigation aérienne (DSNA, l'un des trois pôles de la DGAC) et enfin le niveau du "corps" pour "les problématiques typiquement métier liées à un corps particulier". Chaque niveau aura sa "représentativité particulière", précise la DGAC dans le document remis en réunion. 

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles