Le meurtrier présumé de Chloé qualifié de "psychopathe" par un expert en 2009

Des détails sur la personnalité du meurtrier présumé de la petite Chloé, enlevée, violée et tuée mercredi 15 avril, commencent à émerger. En 2009, un expert psychologue qui l'avait examiné pour la justice, l'avait qualifié de "psychopathe".

 

Deux jours après le meurtre de Chloé, 9 ans, à Calais, on en sait un peu plus sur la personnalité du principal suspect, un Polonais de 38 ans.

"Intolérant à la frustration, alcoolique, violent, "psychopathe". Tels sont les termes utilisés en 2009 par Christian Soenen, expert psychologue qui l'a rencontré en vue de son procès pour des agressions violentes.

 

Condamné à six ans de prison ferme en 2010

L'homme s'était introduit dans la maison d'une personne âgée et l'avait menacée avec un couteau. Il était ensuite entré dans une autre maison et avait menacé de la même manière une enfant. En 2010, la justice l'avait condamné à six ans de prison ferme.

Il avait également été condamné en 2004 pour des faits similaires.

 

"Une vraie violence en lui"

"D'emblée, il m'est apparu particulièrement impulsif. On ressentait une vraie violence en lui, et une absence totale de culpabilité", se souvient aujourd'hui l'expert psychologue dans les colonnes du Parisien.

"Je l'avais qualifié de psychopathe. C'est un diagnostic lourd, et rares sont les cas qualifiés comme tels", ajoute-t-il.

Le Polonais révèle également souffrir d'alcoolisme depuis plusieurs années. "Quand j'y touche, je peux pas réfléchir, alors je fais ça", dit-il à l'époque à Christian Soenen.

 

Un drame qui aurait pu être évité ?

A l'issue de son expertise, le psychologue évoque un risque de passage à l'acte. "Le risque était très élevé. Ce qui était prévisible, c'est qu'il allait se passer quelque chose", souligne-t-il sur Europe 1.

"Une récidive est fort probable avec un potentiel de violence non négligeable, le pronostic d'une réadaption reste très aléatoire, voire illusoire", concluait-il en 2010 dans son rapport à la justice.

Christian Soenen déplore aujourd'hui que ce rapport n'ait pas servi.  

 

Aveux du Polonais

Chloé avait été enlevée mercredi avant que son corps ne soit retrouvé quelques heures plus tard dans un bois. L'homme, qui avait été interpellé à proximité de la victime, a reconnu jeudi 16 avril avoir violé et tué la fillette

Jeudi soir, une marche blanche en mémoire de Chloé a réuni près de 5.000 personnes. 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles