Sarkozy, Juppé, Fillon : qui est le favori de la droite et du centre pour 2017 ?

Nicolas Sarkozy en meeting dans le cadre de la campagne pour la présidence de l'UMP, le 3 novembre 2014 à Nancy[JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP]

Selon un nouveau sondage,  Nicolas Sarkozy repasserait en tête des intentions de vote des sympathisants de droite et du centre dans le cadre de la primaire de la droite et le centre élargie de 2016.

 

Les 20 et 27 novembre 2016, les sympathisants de droite et du centre seront appelés à voter pour désigner le candidat qu’ils souhaitent voir les représenter lors de l’élection présidentielle de 2017. Une primaire élargie qui pousse à se demander quel est le favori de cette frange des électeurs français.

Et selon un sondage Odoxa pour le Journal du Dimanche et i>Télé, où ont été interrogés des sympathisants aussi bien du Modem que de Debout la République en passant par l’UDI et l’UMP, c’est pour le moment Nicolas Sarkozy qui tient la corde dans la bataille de la droite et du centre.

 

Tendance générale et à droite

Avec 42% des votes, il est devant Alain Juppé (33%). Le troisième homme, et c’est une surprise, n’est pas François Fillon (à 5%) mais Bruno Le Maire (12%), principal adversaire de Nicolas Sarkozy lors de l’élection pour la présidence de l’UMP.

Chez les seuls sympathisants UMP, le résultat est beaucoup moins serré. L’ancien président de la République est en tête avec 58% des votes contre 22% pour Alain Juppé. Bruno Le Maire complète le podium (9%).

 

Juppé favori au centre

La tendance s’inverse toutefois chez les sympathisants de l’UDI et du Modem, où c’est Alain Juppé qui fait office de favori. Le maire de Bordeaux récolte respectivement 58% et 56% des votes des sondés. Dans les deux cas, son dauphin n’est autre que Bruno Le Maire qui, de son côté, obtient 19% et 15% des voix.

Dans ces deux tranches de votants, Nicolas Sarkozy se retrouve en troisième position (9% pour les sympathisants UDI) et même en quatrième position pour les sondés Modem (7%), derrière François Fillon, qui complète le podium avec 9% des voix. Dans cette dernière configuration, NKM fait presque aussi bien que l'ancien chef de l'Etat avec 6%.

 

Bilan

L’alliance entre le centre et la droite s’annonce électrique. Car si Nicolas Sarkozy fait consensus à droite, il est globalement rejeté par les électeurs centristes.

Alain Juppé pourrait en profiter puisque, dans le cadre de cette primaire élargie, il pourrait raffler la mise grâce aux centristes, détracteurs de l’ancien président de la République.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles