Les cabines téléphoniques vont disparaître d’ici à 2017

Les cabines téléphoniques vont être amenées à disparaître. [CC / JLPC]

Les traditionnelles cabines téléphoniques vont toutes disparaître d’ici à 2017. Le Sénat a en effet voté, jeudi 16 avril, un amendement à la loi Macron, prévoyant le démantèlement des quelques 65.250 cabines qui existent toujours.

 

Depuis le développement du téléphone portable en 1997, elles étaient menacées. Les cabines téléphoniques vont désormais toutes disparaître du paysage français. Le Sénat a autorisé Orange a cesser tout entretien de ces cabines, abrogeant ainsi l’article L35-1 du Code des postes et communications électroniques.

Cet article prévoyait que l’opérateur devait dans un cadre de "service universel", fournir à tous un "accès à des cabines téléphoniques publiques installées sur le domaine public ou à d'autres points d'accès au service téléphonique au public". Concrètement, Orange devait maintenir au moins une cabine par commune et deux pour les villes de plus de 1.000 habitants.

 

Une meilleure couverture dans les "zones blanches"

En échange de ce retrait des cabines, les opérateurs devront améliorer leur couverture mobile 2G dans 170 communes situées en "zones blanches", c’est à dire non-couvertes pas les réseaux et dans 2600 autres pour la 3G et la 4G.

Sur les quelque 65 000 cabines encore présentes sur le territoire - contre 300.000 en 1997 -  le taux d’utilisation moyen est de "moins d’une minute par jour et par cabine" comme l’explique une porte parole d'Orange au magazine Le Point. Et ce, "même pour ceux qui étaient de gros consommateurs, comme les touristes ou les Français qui appellent vers l'étranger", car "l'avènement de la voix sur IP et d'applis comme WhatsApp ou Viber a généré une forte concurrence", a également précisé Orange.

 

Une rentabilité en cause

En 2012 déjà, un rapport parlementaire remettait en cause la rentabilité des cabines : 9 sur 10 étaient déficitaires "ce qui signifie qu’elles génèrent un chiffre d’affaires ne permettant pas de couvrir les frais liés à leur maintenance". 

Selon l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes), les coûts d’entretien de ces cabines étaient évalués en 2014 à près de 13,6 millions d'euros pour Orange.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles