Villejuif : ce que l'on sait du suspect

Une voiture de police devant le domicile parisien du suspect arrêté dimanche 19 avril. [KENZO TRIBOUILLARD / AFP]

Accusé d'avoir projeter un attentat contre une ou deux églises et suspecté d’avoir tué dimanche 19 avril une professeur de fitness, un suspect a été arrêté dimanche à Paris. L’information a été dévoilée ce mercredi. Plusieurs détails autour de sa personnalité ont commencé à filtrer.

 

En garde à vue dans le cadre d'une enquête dirigée par le parquet antiterroriste, le suspect arrêté dimanche matin continue d’intriguer les enquêteurs.

Etudiant en électronique de 24 ans, il serait franco-algérien selon Le Monde. Le quotidien rapporte par ailleurs qu’il serait arrivé en France en 2009 dans le cadre du regroupement familial.

 

"Velléités de départ en Syrie"

D’après le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve, l’individu était bien connu des services de renseignement en raison de ses "velléités de départ en Syrie" pour y rejoindre les rangs de Daesh.

Le Monde indique qu’à l’issue d’un séjour d’une semaine en Turquie en début d’année, il avait été placé en garde à vue à son retour en France. Il faisait depuis "l’objet d’une fiche S  - comme sûreté de l’Etat - qui implique une surveillance policière sans attirer l’attention".

 

 

"Un attentat contre une ou deux églises"

Des armes de guerre, des armes de poing, des munitions, des gilets pare-balle, et du matériel informatique et de téléphonie ont été retrouvés par les policiers dans son véhicule et à son domicile.

"Une documentation fournie a également été découverte établissant sans ambiguïté que l'individu projetait la commission imminente d'un attentat vraisemblablement contre une ou deux églises", a précisé Bernard Cazeneuve.

 

Une arrestation rocambolesque

Son arrestation s'est faite dans des circonstances rocambolesques. Selon les premiers éléments de l'enquête, le Samu est appelé dimanche peu après 08h, sans que l'on sache s'il s'agissait du suspect se disant blessé ou un témoin qui a constaté sa blessure. Blessé par balle à une jambe, le suspect a évoqué confusément un règlement de comptes.

Les enquêteurs remontent les traces de sang jusqu'à son véhicule, où ils découvrent une partie de l'arsenal. Suit une perquisition à son domicile, dans une résidence étudiante du XIIIe arrondissement de Paris.

Plusieurs perquisitions et interpellations ont depuis été réalisées dans son entourage, notamment lundi à Saint-Dizier (Haute-Marne), dans le quartier sensible du Vert-Bois où vit sa famille depuis 2009.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles