Aubervilliers : il avoue avoir tué et jeté sa femme dans le canal

Vue du canal de l'Ourcq depuis le pont du Landy, à Aubervilliers.[Google Street View]

Un homme d'une trentaine d'années a reconnu lors de sa garde à vue dans les locaux de la Section de recherches de Versailles avoir tué son épouse, dont le corps ligoté avait été retrouvé en début de semaine dans un sac remonté à la surface d'un canal de Seine-Saint-Denis.

 

C'est un rapprochement entre deux affaires qui a permis d'élucider la macabre découverte faite à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) par un promeneur lundi 20 avril.

Ce jour-là, apercevant un sac poubelle flottant à la surface, ce riverain avait constaté que des cheveux en dépassaient et avait alerté la police. Sur place, les enquêteurs avaient alors constaté "une forte odeur de putréfaction" et découvert le corps, habillé, "en position fœtale" d'une femme "de type européen, cheveux châtains, mesurant environ 1,60m pour 58 kilos".

Elle "était ligotée, les jambes attachées à la nuque pour mieux rentrer dans le sac" avait précisé une source policière à l'AFP, et elle avait été placée "dans un sac poubelle entièrement hermétique puis dans un sac de voyage et devait s'y trouver depuis plusieurs jours".

 

Une disparition inquiétante

Les enquêteurs n'avaient pu déterminer son identité. Sauf que dans le département voisin du Val-d'Oise, une enquête avait été ouverte peu de temps avant pour la disparition inquiétante d'une femme. Et rapidement un rapprochement a été fait entre les deux affaires.

Une personne présentée comme son mari a ainsi été interpellé à Lille dans la nuit de mercredi à jeudi puis placé en garde à vue dans les locaux de la Section de recherches de Versailles. Devant les enquêteurs, "il a reconnu l'avoir tuée puis mise à l'endroit où elle a été retrouvée".

L'autopsie pratiquée mardi n'a pas pu déterminer les causes de sa mort. Mais le corps présentait des blessures au visage. Le parquet de Pontoise a ouvert une information judiciaire pour "homicide volontaire sur conjoint". L'homme devrait être déféré devant la justice vendredi en fin de journée et mis en examen.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles