Landes : bientôt un "village Alzheimer" ?

Un "village Alzheimer" pourrait ouvrir dans les Landes en 2017. [SEBASTIEN BOZON / AFP]

Un "village Alzheimer" dans les Landes pourrait voir le jour en 2017 pour apprendre aux résidents à revivre quasiment normalement. Le projet attend l’aval de l’Etat qui pourrait donner son feu vert d’ici juin 2015.

 

Depuis plus d’un an, architectes, élus locaux et professionnels de santé sont au travail afin de rendre concret le projet de "village Alzheimer", inspiré par la lecture d’un article du journal le Monde. Le quotidien relate dans son article du 14 novembre 2013, l’histoire du premier "village Alzheimer" d’Europe, aux Pays-Bas, à Weesp. A une vingtaine de kilomètres d’Amsterdam, 150 seniors atteints de la maladie ou de démence se baladent dans les rues du village fleuri et convivial. Un village rien que pour eux.

C’est en découvrant cette « ville dans la ville » dans les colonnes du Monde, qu’Henri Emmanuelli, actuel député PS, envisage de créer le même village dans les Landes, où il vient tout juste d’être réélu à la tête du département. Le projet attend désormais le feu vert de l’Etat. "Début juin 2015" précise l’élu local à l’AFP.

 

Remplacer les établissements pour personnes âgées

Depuis janvier 2014, le département et l’Agence Régionale de la Santé (ARS) travaillent main dans la main afin de développer ce projet. L’objectif est de remplacer les traditionnels Ehpad (Etablissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes). En juin 2014, une étude "faisabilité" est réalisée. Alors que le projet convainc, un équipe est envoyée à Weesp afin d’étudier le mode de fonctionnement du village.

Le village des Landes a pour objectif de permettre aux malades de vivre dans un environnement "normal", c’est à dire qui s’apparente au maximum à leur vie d’avant. Auberges, épiceries, boulangeries se dresseront dans les rues. Un potager est même prévu. L’objectif est bien de casser l’image que l’on peut avoir d’Alzheimer : celle d'une maladie qui renferme sur soi-même et qui empêche de vivre une vie ordinaire.

Pour encadrer les malades, 150 professionnels (médecins, kinés, infirmiers, animateurs) devraient être embauchés sur le site avec autant de bénévoles.

 

60 euros par jour

Selon l’ARS, la création du village pourrait nécessiter un investissement de près de 23 millions d’euros alors que les coûts de fonctionnement sont évalués à 10 millions par an. Le tout financé par la sécurité sociale mais également par le département et les résidents qui devront débourser environ 60 euros par jour pour vivre dans le village, soit environ 1800 euros par mois.

Le choix du site n’a pas encore été dévoilé même si les villes de Mont-de-Marsan et Dax ont été citées. 

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles