Gilles Le Guen condamné à 8 ans de prison

Gilles Le Guen (Abdel Jelil) le 9 octobre 2012. [Sahara Media/AFP/Archives]

Le Français Gilles Le Guen, qui avait rejoint les rangs d'Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a été condamné vendredi à huit ans de prison ferme par le tribunal correctionnel de Paris.

 

Agé de 60 ans, il a été déclaré coupable d'association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste. Il s'agit de la première condamnation sur le fondement d'une loi votée fin 2012, qui permet de poursuivre des Français soupçonnés d'avoir participé à des actes terroristes à l'étranger ou d'être partis s'y entraîner.

C’est en avril 2013, que Gilles Le Guenjihadiste français avait été arrêté à Tombouctou au Mali par les forces spéciales françaises. Celui qui se fait alors appeler Abdel Jelil, est notamment apparu sur une vidéo dans laquelle il met en garde la France face à l'éventualité d'une opération militaire au Mali. Il avait ensuite été rapatrié vers la France le 14 mai 2013, qualifié de « paumé qui devient terroriste » par le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian.

Alors âgé d’une cinquantaine d’années, il avait déjà été reconnu dès septembre 2012, dans les rangs d’Aqmi (Al-Qaida au Maghreb Islamique) par les services secrets français. A l’époque, un membre de la sécurité malienne avait affirmé que le Français avait « épousé » les idées des Islamistes alors qu’il était installé dans le nord du Mali avec sa famille.

Vous aimerez aussi

Justice Une Française condamnée pour avoir incité des jeunes filles à rejoindre Daesh en Syrie
Polémique Indonésie : une école maternelle déguise ses fillettes en jihadistes et crée la polémique
Croquis d'audience réalisé le 4 juin 2018 au procès de Christine Rivière, surnommée "Mamie jihad" (d), à la cour d'appel de Paris [Benoit PEYRUCQ / AFP/Archives]
Justice Dix ans de prison en appel contre «Mamie jihad», partie trois fois en Syrie

Ailleurs sur le web

Derniers articles