Migrants : Valls "contre l'instauration de quotas"

Manuel Valls et Bernard Cazeneuve,le 22 avril 2015. Photo d'illustration. [MIGUEL MEDINA / AFP / Archives]

Le Premier ministre Manuel Valls et le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve sont ce samedi après-midi à la frontière franco-italienne, dans les Alpes-Maritimes, un département où la police a interpellé des centaines de migrants cette semaine. En  gare de Menton pour assister au contrôle des trains, Manuel Valls s'est dit opposé à l'instauration de quotas au niveau européen.

 

"Le flux migratoire important actuel constaté à la frontière italienne est supérieur dans les quatre premiers mois de l'année à celui relevé pour la même période en 2014", pointe la préfecture des Alpes-Maritimes, dans un communiqué détaillant le programme de la visite des ministres.

En gare de Menton, aux côtés du ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve et des députés UMP Eric Ciotti et Christian Estrosi pour assister au contrôle des trains, Manuel Valls s'est exprimé contre l'instauration de quotas de migrants au niveau européen.

"La solidarité, c'est de mettre en place une répartition équitable dans l'accueil des réfugiés. Nous souhaitons être particulièrement clair sur ce point : je suis contre l'instauration de quotas de migrants; ceci n'a jamais correspondu aux propositions françaises", a ainsi déclaré le Premier ministre.

MM. Valls et Cazeneuve doivent se rendre ensuite sur l'autoroute A8, au péage de La Turbie à la rencontre de membres des forces de l'ordre qui effectuent des contrôles sur les routes, selon la préfecture.

 

944 migrants interpellés en quatre jours

Entre lundi et jeudi, les forces de l'ordre avaient interpellé dans les Alpes-Maritimes 944 migrants, selon des chiffres du préfet Adolphe Colrat. Depuis le début de l'année, 54 passeurs ont également été arrêtés.

Jeudi, M. Colrat avait annoncé le rétablissement de points de contrôle fixes ou mobiles qui seront ouverts 24 heures sur 24, la mise en place de moyens humains supplémentaires ainsi que l'arrivée, dans le département d’un "commissariat mobile", qui a fait ses débuts jeudi au péage de La Turbie.

 

Vous aimerez aussi

Un centre d'hébergement pour réfugiés dans le 16e à Paris
Paris Un centre d'hébergement pour réfugiés dans le 16e
Près de 700 migrants évacués du centre de Nantes
Loire-Atlantique Près de 700 migrants évacués du centre de Nantes
Migrants Répartition des migrants : les Européens veulent s'entendre

Ailleurs sur le web

Derniers articles