L'éducateur filmait de jeunes footballeurs sous la douche

Il a reconnu des faits d'agressions sexuelles et a été placé en détention provisoire.[CC / fbhk / Pixabay]

Un entraîneur de football, qui filmait ses joueurs d'une quinzaine d'années sous la douche, a été mis en examen et écroué après avoir avoué des agressions sexuelles de mineurs, a-t-on appris jeudi auprès du parquet de Bonneville (Haute-Savoie).

 

Ce conseiller patrimonial de 50 ans, éducateur bénévole du club de football de Thyez (Haute-Savoie), avait déjà été condamné en 2000 pour agression sexuelle et corruption de mineur par le tribunal correctionnel de Montpellier.

C'est à l'occasion d'un déplacement dans l'Hérault que les jeunes du club de football de Thyez ont découvert un système vidéo destiné à les filmer sous la douche, a indiqué le parquet, confirmant une information du Messager. "Ce n'était pas la première fois qu'il le faisait, on a retrouvé des vidéos sur son ordinateur", a précisé à l'AFP le procureur de Bonneville Pierre-Yves Michau.

 

Des agressions pendant trois ans

Placé en garde à vue lundi soir, l'éducateur sportif a reconnu au cours de son audition des faits d'agressions sexuelles contre un jeune du club pendant trois ans de 2005 à 2008. La jeune victime a été identifiée et entendue par les enquêteurs.Il a aussi reconnu des faits plus anciens datant de 1996, commis à Montpellier, et qui sont prescrits. Des fichiers pédopornographiques ont en outre été retrouvés sur le disque dur de son ordinateur.

Présenté à un juge d'instruction mercredi matin, il a été mis en examen pour agression sexuelle de mineur, détention et diffusion d'images pédopornographiques et atteinte à l'intimité de la vie privée. Il a été placé en détention provisoire. Sa condamnation à Montpellier portait déjà sur des faits commis dans le cadre d'un club de football. Le tribunal avait assorti sa condamnation d'un sursis de mise à l'épreuve de trois ans avec interdiction d'entrer en contact avec des mineurs.

Mais, à l'époque des faits, la loi ne prévoyait pas d'interdiction définitive d'entrer en contact avec des mineurs, selon le parquet. En outre, "comme il intervient en tant que bénévole, aucune disposition légale ne prévoit des contrôles sur sa moralité ou ses antécédents", a indiqué M. Michau. Le procureur de Bonneville se rendra à Thyez vendredi soir pour répondre aux questions des familles des victimes en présence du maire de la commune. 

 

Vous aimerez aussi

Un chasseur attend le gros gibier, le 14 février 2015, à La Chapelle-Glain (Loire-Atlantique).
Fait divers Haute-Savoie : un chasseur tue par mégarde un cycliste, une enquête ouverte
montagne Haute-Savoie : des Lettons qui voulaient hisser leur drapeau sur le mont Blanc interceptés
Drame Quatre décès dans des accidents de montagne dans les Alpes

Ailleurs sur le web

Derniers articles