L’ex-compagne d’un homme battu condamnée à 18 mois de prison

Maxime Gaget a été victimes de violences conjugales pendant 15 mois. [Stephane de Sakutin / AFP]

Zakia Medkour a été condamnée jeudi à trois ans de prison, dont 18 mois de sursis avec mise à l’épreuve, pour avoir infligé pendant 15 mois des violences graves à son ex-compagnon.

 

Jeudi, le tribunal correctionnel de Paris a condamné Zakia Medkour à trois ans de prison, dont 18 mois de sursis avec mise à l’épreuve, et plus de 200.000 euros d’indemnisation. Lors de l’audience au mois d'avril, la procureur avait requis la peine maximale : cinq ans de prison ferme.

"Je m’attendais peut-être à une sanction plus ferme, elle s’en tire vraiment à très bon compte", a déclaré son ex-compagnon, Maxime Gaget. "Mais en tout état de cause, sa condamnation est une satisfaction, je vais enfin pouvoir tourner la page".

 

"Esclave domestique"

Maxime Gaget, 37 ans, avait rencontré Zakia Medkour, 43 ans, en 2007 sur Internet. Après avoir emménagé ensemble, avec les deux enfants de la jeune femme, la vie de Maxime Gaget avait vite tourné au cauchemar. Obligé à dormir par terre dans l’entrée sans accès à la salle de bain, il est aussi privé de ses papiers et cartes de crédit.

L’homme avait aussi été victime de violences physiques, comme des brûlures de cigarettes ou un couteau chauffé à blanc, et même l’ingestion de force de produits lave-vitres. Il était menacé d’être dénoncé comme pédophile s’il se rebellait. L’homme avait dû être hospitalisé à deux reprises.

 

Violence taboue

En France, 149.000 hommes ont été victimes de violences au sien de leur couple en 2013, selon l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales. Les hommes représentent ainsi 27% des cas de violence conjugales. Une violence encore taboue, puisque seuls 3 hommes sur 100 osent se tourner vers la justice. 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles