Le collège reste en débat

La ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem. [Alain Jocard / AFP]

Les discussions sont loin d’être achevées. Deux semaines après la publication du décret de la très contestée réforme du collège, Najat Vallaud-Belkacem était mercredi 3 juin à la Sorbonne entourée d’historiens.

 

Au centre de cette consultation, la refonte actuelle des programmes – dont ceux d’Histoire au collège –, qui suscite de nombreuses controverses, notamment sur la place accordée à la chrétienté et au mouvement des Lumières dans les enseignements.

Prônant une approche plus "scientifique" du débat, elle a notamment avancé le fait qu’"on n’enseignera pas à ces enfants l’Histoire en 2015 de la même façon qu’on le faisait en 1975".

Défendant son action depuis plusieurs semaines, la ministre doit faire face à une nouvelle montée de la grogne. Car l’intersyndicale à l’origine de la mobilisation du 19 mai dernier a prévu de monter à nouveau au créneau. Un appel a ainsi été lancé pour mener jeudi un mouvement d’action et d’information sur la réforme du collège. Les personnels mécontents sont invités à participer à des distributions de lettres et de tracts, à des réunions avec les parents d’élèves et à des réunions syndicales sur la question.

Cette journée doit servir de préparation à la nouvelle mobilisation prévue la semaine prochaine, le 11 juin, par les syndicats hostiles à la réforme en cours. Le 19 mai, leur appel avait été entendu par un peu plus d’un quart (27,6 %) des enseignants des collèges de l’enseignement public, selon le ministère.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles