Un statut renforcé pour les athlètes ?

Le secrétaire d'état au Sport, Thierry Braillard. Le secrétaire d'état au Sport, Thierry Braillard. [Alain Jocard / AFP]

Tous n’arrivent pas à l’entraînement en voiture de sport flambant neuve. Les sportifs de haut niveau sont au cœur d’une proposition de loi PS sur laquelle doivent se prononcer lundi à l’Assemblée les députés. En cause : la situation financière de ces athlètes, bien plus souvent confrontés qu’on ne le croit à la précarité.

 

Selon Thierry Braillard, le secrétaire d’Etat aux Sports, leur statut est en effet «l’un des plus précaires de notre pays». Un récent rapport sur le sujet montre ainsi que sur les quelque 6 600 sportifs de haut niveau présents en France, une large majorité n’est pas salariée, et donc non couverte en cas d’accident sportif.

Représentant le drapeau tricolore dans des disciplines souvent peu médiatiques, et qui rapportent donc peu, 40 % d’entre eux gagnent aujourd’hui moins de 500 euros par mois.

 

La blessure comme une maladie

Pour aider ces athlètes en cas de coup dur, le projet de loi propose de créer pour eux une prise en charge de type «accident du travail – maladie professionnelle» en cas de blessure, afin de leur éviter de solliciter la couverture maladie universelle (CMU) ou de s’inscrire à l’université pour être protégés.

Autre volonté, celle d’obliger les fédérations à assurer un suivi socioprofessionnel de ces sportifs une fois leur carrière terminée.

Enfin, le ministère des Sports a d’ores et déjà mis en place des passerelles entre le monde de l’entreprise et les champions qui représenteront la France au JO de Rio, en 2016. Des promesses d’embauche et de formations ont été établies pour 130 d’entre eux, afin qu’ils puissent se préparer sereinement. 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles