Disparues de Perpignan : Rançon avoue un second meurtre

La gare de Perpignan. [RAYMOND ROIG / AFP]

L'affaire des "disparues de Perpignan" pourrait être définitivement éclaircie à brève échéance. Jacques Rançon, placé lundi en garde à vue, a avoué spontanément un nouveau meurtre.

 

Jacques Rançon, déjà poursuivi pour l'assassinat de Mokhtaria Chaïb, retrouvée atrocement mutilée en 1997, a avoué un deuxième meurtre dans le dossier des "disparues de Perpignan", a-t-on appris mardi de source proche du dossier.

Le quinquagénaire, au lourd passé de délinquant sexuel, a été placé en garde à vue lundi à Perpignan et a avoué spontanément le meurtre de Marie-Hélène Gonzales, 22 ans, retrouvée mutilée le 26 juin 1998, a-t-on précisé de même source.

 

Vous aimerez aussi

Procès Sabrina, une victime de Jacques Rançon, fait une crise de nerfs avant d'être évacuée
Procès «Disparues de Perpignan» : Rançon demande pardon à l'une de ses victimes
La gare de Perpignan, le 16 décembre 2014, alors qiue doit s'ouvrir le 5 mars le procès Jacques Rançon jugé pour avoir violé, tué et mutilé deux femmes, laissé pour mortes et tenté de violer deux autres victimes en 1997 et 1998 [RAYMOND ROIG / AFP/Archives]
Justice «Disparues de Perpignan» : Jacques Rançon, le présumé «tueur de la gare», devant les assises

Ailleurs sur le web

Derniers articles