Réforme du collège : la grogne revient

Najat Vallaud-Belkacem.[Jean-Christophe Verhaegen / AFP]

L'intersyndicale des enseignants appelle à une nouvelle manifestation ce jeudi. 

 
Les mécontents se font à nouveau entendre. Moins d’un mois après une première journée de mobi­lisation organisée en France, l’intersyndicale Snes-FSU, Snep-FSU, FO, CGT et Sud entend remettre la pression jeudi concernant la réfor­me du collège, actuel­lement en travaux.
 
Autonomie laissée aux chefs d’établissement pour 20 % des horaires de classe, enseignements interdisciplinaires, futur en pointillé des langues anciennes… Les craintes des enseignants sont nombreuses et le coup de théâtre du 20 mai dernier n’a pas calmé leur grogne. Le décret de la réforme avait en effet été publié au Journal officiel ce jour-là, au lendemain de la manifestation, un «passage en force» selon les détracteurs de la réforme.
 
 
Le coup de théâtre du 20 mai dernier n’a pas calmé leur grogne
 
Ce premier mouvement de contestation avait été suivi par un peu moins de 28 % des enseignants des collèges publics, selon le ministère, le double d’après les syndicats. Mais le Snalc (syndicat national des ­lycées et collèges), présent lors de la journée de mobilisation de mai, a ­décidé de ne pas y participer cette fois-ci. Il a cependant appelé à la grève pendant les épreuves écrites du brevet, et lors de leurs corrections.
 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles