Hollande, le président du climat

François Hollande, le 11 juin 2015, à la 104e Conférence internationale du travail, à Genève.[JEFF PACHOUD / AFP]

Sommet du G7, déplacement dans les Caraïbes, conférence sur le travail… Pour le chef de l’Etat, le climat est au cœur de chaque rendez-vous.

 

François Hollande est-il le premier président écolo ? Ce qui ne fait aucun doute, c’est que le chef de l’Etat a fait des questions climatiques l’une des priorités de son mandat. Le climat a d’ailleurs été déclaré «grande cause nationale pour l’année 2015».

François Hollande profite donc de toutes les occasions pour endosser le costume d’ambassadeur de l’écologie. Rencontre avec l’ancien vice-président Al Gore, qui préside l’organisation non gouvernementale The Climate Reality Project, dialogue de Petersberg, sommet du G7… Et hier, passage à la 104e Conférence internationale du travail, à Genève, pour aborder les relations entre changement climatique et monde du travail. Le tout avec un seul objectif en ligne de mire : la conférence mondiale sur le climat, COP21, organisée en décembre prochain à Paris.

 

Travail et climat

François Hollande l’a promis, il ne se représentera pas pour un second mandat en 2017 si la courbe du ­chômage ne s’inverse pas. Pour tenir sa promesse, le président compte ­notamment miser sur l’économie verte. Selon Bruxelles, ce domaine est en effet un véritable vivier d’emplois.

La prévention et la gestion des ­déchets pourraient par exemple générer 400 000 postes, d’après certaines ­estimations. Les différents acteurs du monde du travail sont donc parties prenantes dans la lutte contre le ­réchauffement climatique lancée par François Hollande.

«Lutter contre le ­réchauffement, ce n’est en aucun cas pénalisé l’emploi», a-t-il affirmé hier à Genève, à l’occasion de la Conférence internationale du travail. «Les entreprises sont essentielles parce que ce sont elles qui vont traduire, à travers les ­engagements qui seront pris (lors de la COP21, ndlr), les mutations qui seront nécessaires», expliquait le président en mai dernier. Car encore une fois, l’objectif principal est de préparer la conférence mondiale, qui se déroulera à Paris du 30 novembre au 15 décembre prochains.

 

Une COP21 cruciale

Pour François Hollande, la COP21 est l’événement phare de l’année. Lors de cette conférence, il espère aboutir à un accord «ambitieux, global et contraignant», visant à limiter à 2 °C le réchauffement climatique par rapport à l’ère préindustrielle.

Lors du G7, les 7 et 8 juin derniers, un premier pas a été fait. Les sept plus grandes puissances économiques (Etats-Unis, Canada, Japon, France, Allemagne, Italie et Royaume-Uni) se sont prononcées pour une «décarbonation» de l’économie et pour un objectif mondial de ­réduction des émissions de gaz à effet de serre «dans le haut de la fourchette», de 40 % à 70 % d’ici à 2050 par rapport à 2010. Un accord pour sauver la planète, mais pas seulement.

Comme il l’a lui-même annoncé, la COP21 sera l’occasion pour François Hollande de «laisser une trace» dans l’Histoire. Le président français joue une partie de sa crédibilité, à la fois écologique et internationale lors de cette conférence de Paris.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles