Ils cachaient leur butin dans des poubelles

Les suspects chargeaient leur butin dans des conteneurs à poubelles. (Illustration)[Hans / Pixabay]

Sept hommes soupçonnés d'avoir dérobé, en se servant de poubelles, pour plus de 300.000 euros de vêtements dans des boutiques haut de gamme à Paris et en banlieue ont été mis en examen et écroués vendredi, a-t-on appris samedi du parquet de Nanterre. 

 

Originaires de Serbie, Croatie et du Monténégro, les sept hommes, âgés de 32 à 51 ans, sont soupçonnés de cinq cambriolages dans les enseignes de vêtements haut de gamme The Kooples, Tara Jarmon et Zapa, ainsi que dans une parfumerie Marionnaud à Paris et dans la ville voisine de Boulogne-Billancourt, entre le 20 février et le 13 juin. Ils ont été mis en examen des chefs de vols en bande organisée, recel de vols en bande organisée et association de malfaiteurs en vue de commettre un crime.

La nuit, à chaque cambriolage, le même mode opératoire: après avoir déjoué les systèmes d'alarme des enseignes, ils chargeaient le butin dans des conteneurs à poubelles, emportés ensuite à bord d'un véhicule utilitaire, a relaté une source proche de l'affaire. Le transfert effectué, l'équipe prenait alors soin de "javeliser" les poubelles pour effacer les empreintes avant de stocker la marchandise dans des boxes. Au sein de cette équipe "très organisée", les rôles étaient répartis en fonction des compétences des uns et des autres, avec notamment une personne "spécialisée dans la neutralisation des serrures et des systèmes d'alarmes", a précisé cette source.

 

Trahis par un téléphone

Ce sont notamment les images de vidéosurveillance d'un magasin The Kooples cambriolé à Paris le 24 février qui ont trahi les voleurs arrêtés mardi à Paris et en proche banlieue: l'un d'eux a été filmé utilisant un téléphone, ce qui a permis de l'identifier, ainsi que ses six complices. L'enquête, confiée à la sûreté territoriale des Hauts-de-Seine, a montré que deux des mis en cause avait effectué des allers-retours au Monténégro pour écouler le fruit de leurs larcins.

Les perquisitions effectuées à leurs domiciles à Paris, Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine) et Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), dans des boxes dans le 14e arrondissement parisien et dans un véhicule utilitaire, ont permis de saisir un grand nombre de vêtements, de fausses pièces d'identité, pour 45.000 euros de montres de luxe, de l'argent liquide, des dispositifs permettant de démagnétiser les antivols ainsi qu'une comptabilité détaillée. Cinq des suspects sont connus de la police pour des faits d'escroquerie et des cambriolages.

 

Vous aimerez aussi

Fait divers Angers : il vole 534 euros de pièces de monnaie dans les machines à café d'une université
Faits divers 40 robes de Miss France volées à Saint-Cloud
Faits divers Ivre, il vole un tableau en passant à la banque

Ailleurs sur le web

Derniers articles