"Contrôles au faciès" : l’État condamné

La justice a condamné mercredi l'Etat pour "faute lourde" dans cinq cas de "contrôles au faciès".[JACQUES DEMARTHON / AFP]

L’Etat condamné pour faute lourde. Ce mercredi 24 juin, treize cas de "contrôles au faciès" étaient jugés par la Cour d’appel de Paris. Résultat : 1.500 euros de dommages et intérêts pour cinq d’entre eux, considérés comme non justifiés.

 

Une première en France, à en croire les avocats des plaignants. Ces derniers, âgés de 18 à 35 ans, étudiants ou salariés et sans casier judiciaire, prétendaient tous avoir subis des contrôles jugés abusifs en raison de leurs origines ou de leur couleur de peau.

En première instance, en octobre 2013, le tribunal avait débouté les plaignants, estimant qu'ils n'avaient pas prouvé la discrimination.

Le Défenseur des droits avait soutenu leur démarche, plaidant pour que les contrôles d'identité soient "suffisamment encadrés" et offrent des "garanties" contre les abus.

Vous aimerez aussi

La garde des Sceaux Nicole Belloubet à l'Assemblée nationale, le 24 octobre 2018 [Bertrand GUAY / AFP/Archives]
Justice Nicole Belloubet défend une réforme «globale et concrète», pas le «grand soir»
Le parquet de Paris a ouvert une enquête visant le PSG, notamment pour "discrimination fondée sur l'origine, l'ethnie ou la nationalité", après les révélations sur l'affaire de fichage ethnique au club, a-t-on appris lundi 19 novembre 2018 de source judiciaire. [FRANCK FIFE / AFP/Archives]
Justice Fichage ethnique : le PSG visé par une enquête du parquet de Paris pour «discrimination»
Sergueï Wenergol, un Allemand venu de Russie à l'âge de 13 ans, accusé d'un attentat contre un autocar de l'équipe de football du Borussia Dortmund en avril 2017, pendant son procès à Dortmund, le 25 avril 2018 [Ina Fassbender / dpa/AFP/Archives]
Justice Perpétuité requise dans le procès pour l'attentat du bus de Dortmund

Ailleurs sur le web

Derniers articles