Canicule au travail : un droit de retrait dès 35°C ?

Des ouvriers bordelais travaillant en pleine canicule.[MICHEL GANGNE / AFP]

Face à l'épisode caniculaire qui perdure, Jean-Jacques Candelier, un député communiste du Nord-Pas-de-Calais, propose un droit de retrait au travail en cas de températures supérieures à 35°C.

Depuis jeudi 16h, la vigilance orange pour la canicule concerne 51 départements, et des températures avoisinant les 40°C sont attendues. Une chaleur accablante, qui s'avère pénible, notamment sur certains lieux de travail.

Un député communiste du Nord a déposé  une proposition de loi visant à octroyer aux salariés un droit de retrait au travail  en cas de températures supérieures à 35°C. Dans un communiqué, le député a ainsi énoncé sa proposition : "introduire le critère objectif dans le code du travail selon lequel le retrait des salariés peut intervenir en cas de température constatée sur le lieu de travail supérieure à 35°C, chiffre retenu en Allemagne".

 

En débat la semaine prochaine

A ce jour, le code de travail ne fait état d'aucune mention de température maximale au-delà de laquelle le travail peut être cessé. La législation précise en revanche qu' "un salarié peut exercer son droit de retrait s'il pense être en situation de danger grave et imminent pour sa vie ou sa santé ou s'il constate un défaut dans les systèmes de protection."

Selon le député communiste, affilié au groupe Gauche républicaine et démocrate, la proposition de loi et l'amendement seront discutés la semaine prochaine à l'Assemblée nationale dans le cadre du projet de loi relatif au dialogue social et à l'emploi

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles