Des centaines d'éleveurs manifestent à Caen

Quelque 330 tracteurs et engins agricoles étaient dimanche en début d'après-midi à Fontenay-le-Pesnel, à l'ouest de Caen. (Image d'illustration). [CC / JPC24M]

"Vous nous laissez mourir" : au lendemain de l'appel de François Hollande à la grande distribution,  plusieurs centaines d'éleveurs et producteurs de lait du Calvados manifestaient dimanche près de Caen contre la faiblesse des prix, en exigeant la venue de Stéphane Le Foll.

 

Samedi, avant de se rendre sur une étape du Tour de France, le président avait lancé "un appel" à la grande distribution "pour qu'elle offre aux consommateurs la qualité et aux agriculteurs un prix". Mais ces derniers considèrent que certains acteurs de la filière --transformateurs, industriels, grande distribution-- ne respectent pas les récents accords sur l'augmentation des prix à payer aux éleveurs.

Plusieurs centaines producteurs de lait, et d'éleveurs de porcs et de bovins, venus à bord de quelque 330 tracteurs et engins agricoles, selon la préfecture, avec des bennes pleines de fumier et de gravats, se sont donc rassemblés dimanche en début d'après-midi à Fontenay-le-Pesnel, à l'ouest de Caen. Un groupe a pris la direction de Villers-Bocage, où des déchets ont été déversés devant trois entreprises: un abattoir, une plateforme de distribution et une entreprise de transformation de viande de porc, a constaté un photographe de l'AFP.

 

Trouver des solutions

"Agriculteurs en colère", "Vous nous laissez mourir, "Le Foll t'es où ?" pouvait-on lire sur des banderoles accrochées à des tracteurs. "C'est une des plus grosses mobilisations dans le Calvados de ces dernières années", s'est félicité auprès de l'AFP Sébastien Debieu, secrétaire général de la FDSEA du Calvados. "On va bloquer jusqu'à ce que (le ministre de l'Agriculture Stéphane) Le Foll vienne à Caen", a-t-il menacé. Objectif: "trouver des solutions pour les trésoreries des exploitations".

Cette manifestation "répond à une situation très tendue", a déclaré à l'AFP Jean-Yves Heurtin, président de la FDSEA du Calvados.

 

Augmentation des prix

Les agriculteurs, qui protestent dans toute la France depuis plusieurs semaines et ont encore mené des actions samedi en Bretagne, estiment que les trop faibles prix de la viande (porc et bœuf), ne leur permettent pas de couvrir leurs coûts de production. "On avait mis beaucoup d'espoir sur la table ronde du 17 juin", à l'issue de laquelle les acteurs de la filière s'étaient engagés à augmenter les prix de la viande payée aux éleveurs, a souligné M. Heurtin.

Il s'agissait d'"une augmentation de 5 centimes par semaine et par kilo jusqu'au retour de la rentabilité, soit 10 à 12 semaines pour la viande bovine", a rappelé le syndicaliste, ce qui se serait traduit pour le consommateur par une hausse d'"un euro au kilo".  Mais les acteurs de la filère "ne respectent pas les accords", déplore-t-il. Si les prix ont augmenté dans certaines grandes surfaces, "on ne retrouve pas cette augmentation dans les prix payés à l'éleveur". "Il faut que (le ministre Stéphane) Le Foll reprenne la main" pour faire respecter ces accords, a affirmé le secrétaire général de la FDSEA Sébastien Debieu.

 

"Il faut des actes"

Il y a urgence, insistent les manifestants, eu égard à la situation des éleveurs. Selon le ministre de l'Agriculture, "entre 22 et 25.000" exploitations d'élevage, soit 10% du total, "sont cet été au bord du dépôt de bilan". "Et la situation va s'aggraver d'ici l'automne", en raison notamment de la sécheresse, prédit Sébastien Debieu, qui s'inquiète du désespoir de certains éleveurs. 

Quant à l'appel à la grande distribution de François Hollande, "c'est bien qu'il tienne ces propos. Mais maitenant il faut des actes, il faut concrétiser", a commenté M. Heurtin. Reste qu'"on sent que l'Etat est dominé par la grande distribution et n'a pas les moyens pour (lui) imposer une politique des prix", estime-t-il.

 

Vous aimerez aussi

Mouvement social Blocage du 17 novembre, en direct : le périphérique bloqué à Paris, tensions entre gilets jaunes et opposants
Manifestation de "gilets jaunes" à Nice, le 15 novembre 2018 [VALERY HACHE / AFP]
Mouvement social J-1 pour les «gilets jaunes»: le gouvernement entre fermeté et pédagogie
Edouard Philippe le 15 novembre sur le port de Dunkerque [FRANCOIS LO PRESTI / AFP]
Mouvement social «Gilets jaunes»: «on peut manifester» mais bloquer un pays n'est «pas acceptable», prévient Philippe

Ailleurs sur le web

Derniers articles