Un salarié de la BNF vole des estampes datant du XVIe siècle

Une salle de la BNF. [FREDERICK FLORIN / AFP]

Un employé de la Bibliothèque nationale de France a été placé en détention pour avoir dérobé 44 estampes du XVIe siècle du peintre flamand Pieter Bruegel. Une seule de ces peintures pourrait valoir plusieurs milliers d'euros.

 

La réserve de la Bibliothèque nationale de France a été pillée par un de ses salariés, c'est ce qu'affirme le Canard enchaîné, dans son édition du 22 juillet. Ce sont 44 estampes du peintre flamand Pieter Bruegel, dit l'Ancien, qui ont disparu. Une seule de ces petites peintures pourrait valoir jusqu'à plusieurs milliers d'euros.

 Ces vols auraient pu passer inaperçus. C'est grâce à la curiosité d'un amateur d'art que ce pillage a été révélé. En effet, c'est en fouillant dans les archives à la demande d'un passionné d'art, que les employés ce sont rendu compte que des estampes avaient été découpées au cutter dans les albums du peintre.

 

Des cartes tricentenaires aussi dérobées

Avertis dans la foulée, les enquêteurs de la brigade de répression du banditisme ont rapidement trouvé le coupable, un salarié de la Bibliothèque, qui a reconnu les faits. L'homme a été placé en détention. Une partie du butin a été retrouvé au domicile du voleur, qui a confessé en avoir vendu à des collectionneurs en Belgique et aux Pays-Bas. Au cours de l'enquête, les policiers ont également découvert le vol d'une vingtaine de cartes vieilles parfois de 300 ans. 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles