Rapatrié du Malawi, le fisc lui réclame 87.000 €

Les urgences de l'hôpital Félix Guyon où a été soigné le jeune homme après son rapatriement. [RICHARD BOUHET / AFP]

En avril dernier, Matthieu, un jeune homme de 28 ans, a dû être rapatrié d'urgence depuis le Malawi où il travaillait après avoir contracté la Malaria. l y a quelques jours, ses parents ont reçu du Trésor public la facture de 87.596 euros pour ce rapatriement. Ne pouvant rembourser une telle somme, la famille a lancé un appel aux dons.

 

Tout a démarré en novembre dernier. Alors qu'il travaille comme cuisinier dans un hôtel du Malawi, Matthieu contracte la malaria, également appelée neuro-paludisme, une maladie infectieuse propagée par la piqûre de certains moustiques.

En avril, il est victime d'une rechute et son état s'aggrave rapidement. A tel point que le jeune homme de 28 ans tombe dans le coma.

Ne pouvant être soigné au Malawi, Matthieu doit être rapatrié d'urgence pour raisons médicales vers l'île de la Réunion, destination française la plus proche. Le ministère des Affaires étrangères organise le rapatriement du jeune homme en avion médicalisé.

 

Reconnaissance de dette

Mais, n'ayant plus d'emploi à ce moment là, il n'a plus d'assurances pour couvrir les frais du transfert. "On pensait que l'assurance rapatriement de la carte Visa de notre fils fonctionnerait. Ce que nous ne savions pas, c'est qu'elle n'était valable que pour une durée de séjour de 90 jours", explique le père de Matthieu au Figaro.

Faute d'assurance, le ministère avance les frais, qui s'élèvent à 87.596 euros, et demande aux parents du Français de lui signer une reconnaissance de dette.

"Il fallait signer la reconnaissance dette au niveau de l'Etat sinon l'avion ne décollait pas. Cela voulait dire qu'on laissait notre fils mourir là-bas. A douze heures près il était mort", souligne le père de Matthieu dans un reportage de France 3 diffusé mardi 11 août.

 

Appel aux dons

Le 16 avril, Matthieu est transféré à la Réunion où il est soigné. Sorti d'affaires, il a depuis rejoint la métropole.

Mais le 3 août dernier, ses parents reçoivent la facture du fisc. Ils doivent rembourser les 87.596 euros d'ici le 15 septembre. N'ayant pas les moyens de s'acquitter d'une telle somme, la famille a ouvert une page Facebook et lancé un appel aux dons. Ce mercredi, un peu plus de 4.000 euros ont déjà été récoltés.

La famille a également fait appel au président de la République pour qu'une partie de la dette soit effacée. 

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles