Elle organise un faux braquage pour éviter la faillite

La buraliste a été condamnée pour son arnaque à l'assurance. [AFP / ARCHIVES]

La patronne d'un bar-tabac PMU de Tours (Indre-et-Loire) a été condamnée jeudi 13 août par le tribunal correctionnel à deux ans de prison avec sursis pour avoir mis en scène le braquage de son établissement afin d'éviter la faillite.

 

Les faits remontent au mois de septembre dernier. Une buraliste de Tours qui se trouvait au bord du dépôt de bilan monte une arnaque à l'assurance en organisant avec son ex-compagnon et un ami de ce dernier le braquage de son bar-tabac PMU.

Ainsi, le 26 septembre, la police est appelée sur les lieux du "braquage" par une employée de l'établissement qui a découvert sa patronne ligotée. Selon France Bleu, la buraliste explique aux forces de l'ordre avoir été agressée par un homme au visage masqué, qui l'aurait menacée avec une arme avant de l'attacher et de lui dérober tout son argent.

La buraliste avait ensuite reçu de son assurance, La Maison des Buralistes (MUDETAF), un chèque d'indemnisation.

 

Elle avoue tout

Mais, en novembre, menacée par le faux braqueur qui n'a jamais reçu la moitié du butin comme il était convenu, la buraliste se rend à la police et avoue son arnaque.

Hier, la patronne a été condamnée par le tribunal correctionnel à deux ans de prison avec sursis et à une interdiction de gérer un commerce pendant dix ans. Son ancien compagnon a écopé de 18 mois de prison avec sursis et le faux braqueur, qui était déjà connu des services de police, a été condamné à 15 mois ferme.

L'assurance a quant à elle obtenu 38.000 euros de dommages et intérêts. 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles