Tirs dans un Thalys : Hollande devrait recevoir lundi les citoyens ayant permis d'éviter le carnage

Le suspect a été maîtrisé par des voyageurs puis interpellé en gare de Arras [CHRISTINA CATHERINE COONS / WITNESS / AFP]

Vendredi, deux personnes ont été blessées à bord d'un Thalys reliant Amsterdam à Paris par un homme armé. L'enquête a été confiée à la section antiterroriste du Parquet de Paris. Le film de la journée de samedi.

 

20h33 : Le président américain Barack Obama a appelé les trois citoyens américains, saluant leur "extraordinaire bravoure".

 

19h55 : Le tireur présumé a été formellement identifié - grâce à ses empreintes digitales - par les enquêteurs. Comme annoncé par France 2, il s'agit d'Ayoub El Khazzani, un ressortissant marocain signalé par les services de renseignement espagnols comme appartenant à la mouvance islamiste radicale

 

19h35 : Selon l'AFP, François Hollande devrait recevoir lundi à 09h00 à l'Elysée "les citoyens américains et français" ayant permis d'éviter un carnage

 

 

19h15 : Le président de la République François Hollande a remercié Barack Obama pour le "comportement exemplaire" de passagers américains du Thalys.

 

18h25 : Le passager franco-américain "va bien" et est "sous surveillance" a annoncé le chef des urgences du CHRU de Lille, où ont été hospitalisés les deux blessés. "Une balle est rentrée dans le dos, en paravertébral, au niveau lombaire, a traversé (son) corps, le poumon et ensuite est ressortie du même côté, du côté gauche au niveau de la clavicule" a-t-il détaillé.

 

18h05 : La SNCF a annoncé que Guillaume Pépy, PDG de la compagnie ferroviaire, allait recevoir Jean-Hugues Anglade. "J'ai proposé de rencontrer M. Anglade, qui a dit oui", a-t-il déclaré. "Je comprends l'émotion, les témoignages, mais pour pouvoir conclure, il faut se donner le temps d'entendre tout le monde".

 

17h35 : Le passager britannique qui a maîtrisé l'agresseur a affirmé qu'il ne se considérait pas comme "un héros". "Je ne me sens pas un héros. Si héros il y a, c'est Alek et Spencer. Sans lui (Spencer Stone), on serait tous morts", a déclaré à la presse M. Norman après son audition au commissariat de police d'Arras. "On a tous eu énormément de chance"

 

17h05 : Manuel Valls a annoncé samedi dans un communiqué que la SNCF allait mettre en place un "numéro national de signalement de situations anormales" dans les gares et les trains. Elle va par ailleurs "renforcer le nombre et la visibilité des messages de vigilance dans les gares".

 

 

16h30 : Plusieurs hommes politiques français ont demandé à ce que la France remette aux soldats américains la Légion d'honneur. "On décore acteurs et chanteurs. Je serais indignée que la France n'honore pas les héros qui ont évité un carnage" a déclaré sur Twitter l'euro-députée LR et ancienne ministre Nadine Morano.

15h57 : Nicolas Sarkozy réagit à l'attaque depuis son compte Twitter. En plus de rendre hommage au courage des passagers, l'ancien président ajoute qu'il estime que le "terrorisme jihadiste" exige "un engagement total de la France".

 

15h12 : Agnès Ogier, la directrice de la société Thalys répond au micro de France Info à l'acteur Jean-Hugues Anglade qui dénonçait l'abandon de la part du personnel du train. Elle défend ses agents en précisant que ces derniers ont alerté le conducteur et que l'un d'entre eux, est parti se réfugier - avec des voyageurs - dans un espace en bout de rame fermé à clé. 

 

14h55 : Suite à cette attaque armée, les autorités belges ont décidé de renforcer les mesures de sécurité dans les trains et les gares du pays. 

 

14h06 : Selon les services de lutte antiterroristes espagnols, le suspect avait voyagé en Syrie depuis la France. "Il a vécu en Espagne, à Algesiras (Andalousie, sud) pendant un an, jusqu'en 2014, puis a décidé de déménager en France", a indiqué cette source. "Une fois en France, il s'est déplacé en Syrie, avant de rentrer en France", a-t-elle ajouté.

 

13h59 : Blessé par le tireur, un des Américains ayant contribué à son interpellation a été opéré de la main "avec succès". Spencer Stone devra ensuite être entendu par la police judiciaire. 

 

12h23 : En conférence de presse depuis la ministère de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve détaille les circonstances de l'attaque. "Un voyageur français voulant accéder aux toilettes s'est trouvé en face d'un voyageur qui portait une kalachnikov en bandoulière. Il a essayé de le maîtriser, avant que deux Américains ne viennent l'aider" a-t-il déclaré.

 

12h12 : L'acteur français Jean-Hugues Anglade, à bord du train Thalys au moment de l'attaque accuse, dans les colonnes de Paris Match, le personnel du train d'avoir refusé d'aider les passagers. Les agents enfermés dans la voiture motrice, auraient refusé d'ouvrir la porte malgré leurs appels à l'aide, ce qui a constitué pour l'acteur un "abandon inhumain".

 

12h11 : Le Président François Hollande recevra "dans les prochains jours à l'Elysée" les passagers ayant maîtrisé le tireur. Il s'est d'ores et déjà entretenu par téléphone avec certains d'entre eux.  

 

11h34 : Interrogé par les enquêteurs, le suspect conteste le caractère terroriste de l'attaque. Une version qui ne tient pas, selon l'état actuel des investigations. 

 

11h16 :  Le parquet fédéral belge ouvre une enquête sur la "base de la loi antiterrorisme". Peu après les tirs, le Premier ministre belge qualifiait l'événement d'"attaque terroriste".

 

10h14 : La circulation des trains Thalys est normale ce samedi matin, a annoncé la société à l'AFP, après avoir été perturbée par l'interpellation du suspect. Les passagers du train en question ont pu être acheminés vers Paris dans la nuit, où des assistances psychologiques ont notamment été proposées. 

 

09h20 : Dans la nuit, le président des Etats-Unis a salué l'action "héroïque" des militaires américains.

 

09h03 : Une vidéo tournée au moment des faits circule sur les réseaux sociaux. Les images montrent le suspect neutralisé au sol, pieds et mains liés. Sur un siège, on aperçoit une kalachnikov. 

 

08h24 : Spencer Stone et Alex Skarlatos, les deux militaires américains en vacances en Europe qui circulaient à bord du Thalys ont raconté aux médias les conditions de l'interpellation de l'agresseur. Après avoir vu l'homme armé d'une kalachnikov, ils ont couru vers lui et l'ont frappé jusqu'à ce qu'il s'écroule.

 

07h00 : Les politiques français ont commencé à réagir à l'attaque, dans la soirée de vendredi. Le courage des deux soldats ayant maîtrisé le suspect est unanimement salué.

Vous aimerez aussi

Le trafic SNCF sera de nouveau perturbé le 3 juin 2018, pour le 26e jour de grève depuis début avril [JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP/Archives]
Mouvement social Grève SNCF : trafic encore perturbé dimanche avec 2 TGV sur 3 et 1 TER sur 2
Mamoudou Gassama Des héros parmi nous
Attentat L'auteur présumé de l'attaque du Thalys affirme qu'il n'a «pas pu tuer»

Ailleurs sur le web

Derniers articles