Le plus vieux bidonville de France en cours d'évacuation

Le bidonville rom de La Courneuve, au nord de Paris, le 14 août 2015 [KENZO TRIBOUILLARD / AFP] Le bidonville rom de La Courneuve, au nord de Paris, le 14 août 2015 [KENZO TRIBOUILLARD / AFP]

L'évacuation d'un des plus vieux bidonvilles rom de France, à La Courneuve en Seine-Saint-Denis, a débuté peu après 13 heures ce jeudi 27 août. Certaines familles y logeaient depuis 2008.

 

Quelque 80 familles, certaines depuis 2008, vivaient au "Samaritain", l'un des plus vieux camps rom de France, situé sur la commune de La Courneuve près de Paris. 

"Ca vient de commencer, deux unités de forces mobiles sont déployées", a déclaré peu après 13 heures le directeur de cabinet du préfet, précisant que le diagnostic social, étape préalable obligatoire à toute expulsion, était "achevé".

Selon une circulaire datant de 2012, les expulsions de bidonvilles doivent en effet être précédées d’un diagnostic social et accompagnées de propositions d’hébergement. Mais les associations voient dans l'évacuation du Samaritain un exemple des actions d’intégration et d’accompagnement qui peuvent être menées lorsque les habitants peuvent rester dans la durée.

"Grâce au diagnostic social, on a pu identifier quelques familles qui sont plus vulnérables que d'autres, on va leur proposer de les héberger dans des chambres d'hôtel qu'on a réservées", a par ailleurs déclaré un membre du cabinet du préfet de Seine-Saint-Denis.

 

 

Une évacuation dans le calme, selon la préfecture

"Douze camions de CRS sont positionnés actuellement devant le bidonville, au mépris de tout droit car les habitants n'ont pas été prévenus de l'expulsion imminente", a néanmoins nuancé Saskia Cousin, membre du collectif de soutien au Samaritain, jointe par téléphone

Mais sur place, "l'ambiance est calme, on discute posément avec les occupants, ils savent qu'on ne fait qu'appliquer une décision de justice", assure la sous-préfecture.

 

Des inquiétudes quant au devenir des habitants

L'évêque de Saint-Denis avait exprimé son inquiétude mardi quant au sort des occupants de ce bidonville une fois qu'il serait démantelé. De son côté, le défenseur des Droits avait appelé l'État à "prendre en compte la situation des enfants" du campement, dont une trentaine sont scolarisés, et à "assurer la continuité de l'accès aux droits", se référant à la circulaire Valls du 26 août 2012.

La mairie communiste de La Courneuve, commune populaire de la banlieue nord de Paris où est installé depuis 7 ans le camp du Samaritain, avait demandé l’expulsion du camps au début du mois d'août.

 

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles