De Dreux à Téhéran : une géographie de Dieudonné

Dieudonné et Thierry Meyssan le 29 août 2006 à Beyrouth, deux semaines après la fin des opérations israéliennes au Liban [HAITHAM MUSSAWI / AFP]

Humoriste, polémiste, politique... Les différentes facettes de Dieudonné ont façonné une géographie personnelle qui apporte un éclairage significatif sur l'un des personnages les plus controversés du moment. Alors qu'il vient de se voir signifier l'expulsion du théâtre de la Main d'or, retour sur son parcours.

 

> Fontenay-aux-Roses

C'est dans cette commune des Hauts-de-Seine que naît Dieudonné M'bala M'bala le 11 février 1966. Son père, Dieudonné M'bala est un expert-comptable camerounais - aujourd'hui décédé - et sa mère, Josiane Grué, une sociologue et artiste d'origine bretonne. Il passe son enfance en région parisienne. Après avoir fait quelques jobs alimentaires, il se lance dans le spectacle avec son ami Elie Semoun. On les voit ensemble sur les planches du Splendid dès 1991.

 

> Dreux

La deuxième commune d'Eure-et-Loir est le théâtre des premiers engagements politiques de Dieudonné. Il s'y présente aux législatives de 1997 contre Marie-France Stirbois, l'une des figures du Front National. Dieudonné et sa compagnie Noémie Montagne sont restés implantés dans la région. Cette dernière possède en son nom une maison au Mesnil-Simon, tandis que Les Productions de la Plume, également à son nom, son établies à Saint-Lubin de La Haye.

 

> Le passage de la Main d'Or (Paris XIe)

En 1999, après la dissolution en 1997 du tandem qu'il formait avec Elie Semoun, Dieudonné loue le théâtre de la Main d'Or, qui compte environ 250 places. Il y joue ses spectacles, multiplie les provocations (dont la remise d'une "quenelle d'or à Robert Faurisson) et fait de l'établissement le QG de ses différentes activités extra-humoristiques. Le bail de Dieudonné court jusqu'en 2019, mais les propriétaires, George Melka et Gabriel Lévy, entendent déloger leur locataire.

Partisans de Dieudonné devant le théâtre de la Main d'Or fin décembre 2013 (Pierre Andrieu / AFP)

 

> Alger

La conférence de presse organisée par Dieudonné le 16 février 2005 marque un basculement dans l'itinéraire de Dieudonné. "Le CRIF (Conseil Représentatif des Institutions juives de France, NDLR), faut toujours leur lécher le cul, à cette équipe de malfrats, cette mafia qui est en train d'entraîner la République française dans la guerre civile" y déclare t-il. Ces propos commencent à faire peser sur Dieudonné une réputation d'antisémisme / antisionisme.

 

 

> Fort-de-France

Les conséquences de la conférence de presse d'Alger ne se font pas attendre et permettent à Dieudonné de commettre un nouvel acte symbolique. En mars 2005, il est agressé en Martinique par des personnes qui auraient été dotées de passeports israéliens. Quelques jours après, il rencontre Aimé Césaire, figure de la luttre anticoloniale et de la négritude. La chaleur de cette rencontre indispose les opposants de Dieudonné qui évoquent une manipulation.

 

> Damas et Beyrouth

En août 2006, Dieudonné réalise un coup d'éclat en visitant Beyrouth, peu après la fin des bombardements israéliens. Il est accompagné d'Alain Soral, ancien du PC qui va rejoindre le FN, de Frédéric Chatillon, ancien président du GUD, et de Thierry Meyssan, président du Réseau Voltaire et familier des théories du complot. A Damas, il rencontre le 30 août Hugo Chavez, président du Venezuela, qu'il qualifie de "chef de la résistance mondiale à l'impérialisme américain".

 

> La forêt camerounaise

Pour prendre la défense des peuples pygmées, Dieudonné a conclu une alliance inattendue. C'est en effet au côté de Jany Le Pen, la seconde épouse du président du Front National, qu'il se rend au Cameroun en mars 2007 pour défendre cette cause. De retour à Paris, une conférence est organisée au théâtre de la Main d'Or pour raconter cet itinéraire. Cette initiative n'avait rien de "politique" insiste Dieudonné lors de son allocution.

 

> Téhéran

Dieudonné n'a jamais caché son admiration pour Mahmoud Ahmadinedjad à qui il a consacré en 2010 un spectacle intitulé "Mahmoud". Mais au-delà des accointances idéologiques - notamment une hostilité à l'Etat d'Israël -  Dieudonné entreprend plusieurs fois le voyage à Téhéran puisqu'il a trouvé sur place des sources de financement pour la production de ses films. Le film L'Antisémite, présenté en 2012, est ainsi coproduit avec une société iranienne.

 

 

> Tripoli

Fin mars 2011, Dieudonné est à Tripoli, la capitale libyenne, où il rencontre le colonel Khadafi. L'opération Harmattan est en cours, mais la capitale est toujours entre les mains du pouvoir. Lors d'une conférence de presse tenue au Ritz de Tripoli, l'humoriste déclare être venu vérifier si les informations diffusées en Occident étaient exactes. Kadhafi est "une figure (...) bien plus honnête que Nicolas Sarkozy ou que BHL" écrira t-il sur son blog.

 

> Nantes

Le chef-lieu de Loire-Atlantique sera t-il désormais associé à Dieudonné ? Le feuilleton de l'interdiction / autorisation / interdiction de son spectacle Le Mur, qui devait être joué le 9 janvier au Zénith de Nantes, marque une nouvelle étape de la saga Dieudonné et achève de conforter la notoriété de l'ancien chouchou des médias et du show-biz français.

 

Qu'est ce qu'une quenelle ?

Vidéo : Maîtriser le geste de la quenelle

Diesel, lycéens, foot US : trois quenelles qui buzzent 

 

Vous aimerez aussi

Spectacle La propriétaire du château de Vaugrenier demande la réparation des dégâts à Dieudonné
Attentats de Paris Dieudonné écrit à Salah Abdeslam pour le rencontrer en prison
L'humoriste français Dieudonné M’bala M’bala, lors d'une conférence de presse à Paris, le 20 mai 2017 [JACQUES DEMARTHON / AFP/Archives]
Justice La justice ordonne un procès contre Dieudonné pour dissimulation de son patrimoine

Ailleurs sur le web

Derniers articles