Melun : les bus toujours à l'arrêt

Une cinquantaine de chauffeurs doivent faire jouer leur droit de retrait ce mercredi matin, à la suite de la violente agression qu’a subit l’un d’entre eux. [GERARD JULIEN / AFP]

Pas de bus en solidarité. Après l’avoir exercé mardi, une cinquantaine de chauffeurs de la compagnie Transdev à Melun doivent faire jouer leur droit de retrait ce mercredi matin, à la suite de la violente agression qu’a subit l’un d’entre eux.

Lundi, alors qu’il approchait un arrêt, l’homme aurait klaxonné un véhicule mal stationné. Le conducteur de celui-ci et ses trois passagers auraient alors été rejoints par une vingtaine de jeunes. Bloquant le bus, ils auraient envoyé dessus de nombreux projectiles, des pierres jusqu’aux barrières de sécurité. 

Le chauffeur a eu le bras fracturé et des blessures au crâne, mais le bilan aurait pû être plus lourd s’il n’avait pas fait évacuer auparavant les voyageurs et que la police n’était pas intervenue cite. L’homme de 38 ans sera contraint à plus de 30 jours d’interruption totale de travail. La société de transport a annoncé vouloir porter plainte, et soutenir celle à venir du conducteur. Deux suspects avaient été interpellés hier soir.

Plus d'informations sur l'état du trafic de bus sur le site de la communauté d'agglomération de Melun Val de Seine.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles