Puisseguin : l'identification des corps commence

Photo fournie le 23 octobre 2015 par le ministère de l'Intérieur de membres de l'IRCGN installant leur tente à Puisseguin [Jerome GROISARD / MINISTERE DE L'INTERIEUR/AFP] Photo fournie le 23 octobre 2015 par le ministère de l'Intérieur de membres de l'IRCGN installant leur tente à Puisseguin [Jerome GROISARD / MINISTERE DE L'INTERIEUR/AFP]

L'enquête sur la terrible collision de Puisseguin (Gironde) est entrée dans sa phase active samedi matin, les enquêteurs s'attelant à l'identification des victimes.

Les enquêteurs devaient également procéder à l'examen du "chrono-tachygraphe" du camion, sorte de boîte noire enregistrant les paramètres du véhicule, tels que la vitesse et le temps de parcours. Retrouvé à bord du camion, il est toutefois dans un "état très très dégradé", a indiqué à l'AFP le Colonel Ghislain Réty, commandant du groupement de gendarmerie de Gironde. "Il est trop tôt pour dire s'il sera exploitable", a-t-il précisé.

Pendant la nuit, les membres de l'unité spécialisée pour l'identificationnale (IRCGN) ont procédé à l'installation de "leur matériel sous tente, avec notamment des tables pour procéder aux travaux d'autopsie", a ajouté le Colonel Réty. "Ils vont commencer à travailler dès le lever du soleil, corps par corps, de manière très méthodique", en s'attachant notamment aux relevés "dentaires" et "ADN", a-t-il précisé.

Comme dans le cadre d'un accident d'avion

Les gendarmes de l'IRCGN, laboratoire de pointe de la gendarmerie, travaillent "comme dans le cadre des accidents d'avion". Certains gendarmes scientifiques ont notamment travaillé sur le crash de la Germanwings dans les Alpes françaises le 24 mars et l'accident de l'avion Air Algérie au Mali, en juillet 2014, où les avions s'étaient totalement désintégrés.

"L'enjeu, c'est aussi de déterminer le nombre de personnes qui se trouvaient à bord de l'autocar", a indiqué le gendarme, rappelant que les enquêteurs ne disposaient toujours pas de "liste officielle". "La seule liste était dans le bus, elle a brûlé", a-t-il précisé. Un doute subsiste toujours sur le nombre de passagers -- 41 ou 42 -- ayant péri dans l'autocar. Au total, l'identification formelle des victimes pourrait prendre jusqu'à "trois semaines", a fait savoir vendredi un responsable de l'IRCGN.

Examen des restes des véhicules

Parallèlement des "experts automobiles" vont procéder à l'examen des "restes des véhicules", "étudier les différentes traces de freinages", pour établir les circonstances de l'accident, a expliqué le colonel Réty. Dans le même temps, des "experts en pyrotechnie" vont se pencher sur les circonstances de l'embrasement des deux véhicules, un autocar et un camion de transport de bois circulant à vide, qui a surpris par sa rapidité après la collision.

L'accident routier le plus meurtrier depuis 33 ans en France, a fait au moins 43 morts et quatre blessés graves vendredi à Puisseguin, près de Libourne (Gironde), pour la plupart des personnes âgées, mais aussi un enfant, brûlés vifs.

 

Vous aimerez aussi

Gironde Accident de car à Puisseguin : un réservoir d’essence n’était «pas homologué»
Sécurité routière Baisse de 16,4% du nombre de tués sur les routes en octobre
Drame de Puisseguin Puisseguin : hommages et recueillement, un an après le drame

Ailleurs sur le web

Derniers articles