"Air Cocaïne" : les deux pilotes condamnés sont rentrés en France

Pascal Fauret (g) et Bruno Odos (d) ont déjà effectué 15 mois de détention provisoire en République dominicaine. [Erika Santelices / AFP/Archives]

Les deux pilotes d'avion français condamnés en août à 20 ans de prison en République dominicaine pour trafic de cocaïne, Pascal Fauret et Bruno Odos, sont rentrés en France le week-end dernier, a déclaré lundi à l'AFP leur avocat français, confirmant une information du Figaro.

"Ils sont en France non pas pour fuir la justice mais pour chercher la justice. Ils ne se sont pas évadés car ils n'étaient pas en prison", a affirmé Me Jean Reinhart. Laissés en liberté dans l'attente de l'examen de leur appel, les condamnés avaient toutefois interdiction de quitter la République dominicaine. 

"Ils ont quitté le territoire d'un pays dont la justice n'existe pas. Ils ne cherchent pas à fuir la justice, d'ailleurs la première chose qui a été faite à leur retour a été d'écrire à la juge d'instruction" en charge du dossier en France "pour le lui signaler", a insisté Me Reinhart.

Deux autres Français condamnés

Deux autres Français ont également été condamnés à la même peine le 14 août par le tribunal de Saint-Domingue : Nicolas Pisapia, passager du Falcon 50 intercepté dans la nuit du 19 au 20 mars 2013 sur l'aéroport de Punta Cana avec 680 kilos de cocaïne à bord, et l'apporteur d'affaires Alain Castany, également arrêté à bord de l'avion.

Les quatre Français, qui ont déjà effectué 15 mois de détention provisoire dans un quartier de haute sécurité, avaient comparu libres à leur procès. Ils avaient ensuite été laissés en liberté dans l'attente de l'examen de leur appel, mais avaient toutefois interdiction de quitter la République dominicaine.

 

Vous aimerez aussi

La Grand'chambre de la Cour de cassation, avant l'audience concernant Vincent Lambert, le 24 juin 2019 [DOMINIQUE FAGET / AFP]
Justice Affaire Vincent Lambert : la Cour de cassation se prononcera vendredi
Le boucher bio se trouvait à l'entrée du marché Saint-Quentin (10e).
Justice Paris : les antispécistes du marché Saint-Quentin fixés sur leur sort
Une journaliste se tient devant une affiche représentant l'homme d'affaires et philanthrope turc Osman Kavala, lors d'une conférence de presse de ses avocats le 31 octobre 2018 [OZAN KOSE / AFP/Archives]
Justice Turquie : procès des figures de proue des manifestations anti-Erdogan de 2013

Ailleurs sur le web

Derniers articles