Des milliers de manifestants marchent pour la "dignité" à Paris

Des personnes participent à une marche pour la "dignité", le 31 octobre 2015 à Paris [LIONEL BONAVENTURE / AFP] Des personnes participent à une marche pour la "dignité", le 31 octobre 2015 à Paris [LIONEL BONAVENTURE / AFP]

Pour la "dignité", contre les violences policières, le racisme et les humiliations : dix ans après les émeutes en banlieue et 32 ans après la "marche des Beurs", plusieurs milliers de personnes ont battu le pavé samedi à Paris à l'appel d'un collectif de femmes..

Partie en début d'après-midi du quartier populaire de Barbès, la foule compacte, menée par des femmes, a défilé derrière une banderole "Marche de la dignité contre le racisme" en scandant : "justice, réparations, unité". "Aujourd'hui en France, si vous n'avez pas la bonne couleur de peau (...) vous pouvez mourir aux mains de la police", a lancé au micro Amal Bentounsi, porte-parole de la Marche des femmes pour la dignité (Mafed), collectif soutenu par la militante américaine des droits civiques Angela Davis et des dizaines de personnalités et associations luttant contre les discriminations.

Selon cette femme, dont le frère a été tué par un policier à Noisy-le-Sec en 2012 alors qu'il tentait d'échapper aux forces de l'ordre, "on stigmatise les gens issus des quartiers populaires, il y a un mépris". "Nos quartiers ne sont pas des stands de tir", pouvait-on lire sur des banderoles dans le cortège, dans lequel flottaient également" quelques drapeaux palestiniens.

Des personnes participent à une marche pour la "dignité", le 31 octobre 2015 à Paris [LIONEL BONAVENTURE / AFP]
Photo
ci-dessus
Des personnes participent à une marche pour la "dignité", le 31 octobre 2015 à Paris
 

"On veut rendre visibles ces gens qu'on ne voit pas. Il faut réaffirmer notre dignité", a déclaré à l'AFP Amal Bentounsi, qui préside le collectif "Urgence notre police assassine".

Cette manifestation intervient dix ans après la mort dans un transformateur électrique de Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) de Zyed Benna et Bouna Traoré. Ce drame avait enflammé les quartiers populaires pendant près de trois semaines, lors de la plus grave vague de violences urbaines de l'histoire des banlieues françaises. Dans le cortège, des photos des deux adolescents étaient brandies, leurs prénoms scandés: "Zyed, Bouna, on n'oublie pas".

Promesses non tenues

Elle a également lieu 32 ans après une autre marche, "pour l'égalité et contre le racisme", qui s'était achevée par un rassemblement de 100.000 personnes à Paris et la réception d'une poignée de marcheurs à l'Elysée. Et plus de trois décennies après cette "marche des Beurs", "rien n'a changé", estime Amal Bentounsi : "violences verbales, physiques, stigmatisation". "Nous, femmes issues de l'immigration, on le sait à travers nos frères, nos pères, nos maris." La jeune femme s'en prend aussi aux engagements non tenus du gouvernement, comme le récépissé pour les contrôles d'identité ou le droit de vote des étrangers aux élections locales, promis par François Hollande avant la présidentielle.

Des personnes participent à une marche pour la "dignité", le 31 octobre 2015 à Paris [LIONEL BONAVENTURE / AFP]
Photo
ci-dessus
Des personnes participent à une marche pour la "dignité", le 31 octobre 2015 à Paris
 

Abdoulaye Traoré et ses deux amis, étudiants, ont écourté leurs vacances pour participer à la marche. Le jeune homme souhaite qu'elle provoque une "prise de conscience des politiques, mais aussi de nous-mêmes : on a les mêmes droits que les autres". "Avant partout où j'allais, les magasins, les musées, j'avais un vigile qui me suivait. Maintenant, je comprends que ce n'est pas normal", raconte-t-il. Son ami, Loukmane Mofril, décrit des contrôles d'identité répétés lorsqu'il était adolescent : "ça m'est arrivé de me faire contrôler quatre fois en une semaine". "C'est important que ce soient les habitants des banlieues qui lancent le mouvement, mais que les blancs soient conscients de leur responsabilité et montrent leur solidarité", affirme quant à lui Julien Talpin, 34 ans, pour expliquer sa présence.

En fin de cortège ont défilé des militants des jeunes communistes, du Parti de gauche, d'Europe Ecologie Les Verts (EELV) ou du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA), dont l'ex-candidat à la présidentielle Philippe Poutou. En revanche, étaient absentes les associations antiracistes les plus médiatiques (SOS Racisme, la Licra...). Les manifestants devaient rejoindre la place de la Bastille pour un concert, avec les rappeurs Médine, Disiz, Tunisiano ou encore Kery James, auteur d'un morceau en hommage à Zyed et Bouna, déjà vu plus de 1,5 million de fois depuis qu'il a été posté mercredi sur internet.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles