Affaire Omar Raddad : des traces d’ADN «exploitables» retrouvées

Omar Raddad en compagnie de son avocate Me Sylvie Noachovitch.[MEHDI FEDOUACH / AFP]

Des traces d'ADN "exploitables" ont été mises en évidence dans de nouveaux prélèvements dans l'affaire Omar Raddad, jardinier marocain condamné pour le meurtre en 1991 de sa patronne Ghislaine Marchal, qu'il a toujours nié.

Cette nouvelle expertise a été réalisée à la demande de l'avocate d'Omar Raddad, s'appuyant sur une loi de 2014 visant à assouplir les conditions de révision d'un procès. Ces traces n'ont pas encore été exploitées et doivent l'être "dans les mois qui viennent", selon le parquet de Nice. Ce dernier souligne qu'il convient de "rester extrêmement prudent quant aux identités génétiques recueillies sur ces traces", qui "peuvent provenir des protagonistes de l'affaire tout autant que de manipulations ultérieures aux faits."

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles