Tout savoir sur le Bataclan, une salle mythique parisienne

La salle à l'architecture d'inspiration chinoise a plus de cent cinquante ans. [Creative Commons]

La salle parisienne du 11e arrondissement, où au moins 89 personnes ont été tuées vendredi 13 novembre, a été créée il y a plus de cent cinquante ans. Elle était depuis de nombreuses années un lieu incontournable pour les concerts.

D'abord appelée Ba-Ta-Clan, du nom d'une opérette de de 1855 de Charles Offenbach, le curieux bâtiment a été imaginé par l'architecte Charles Duval en 1864 et construit au 50 boulevard Voltaire. Dès le départ, il est dédié aux spectacles et notamment aux  «chinoiseries» très en vogue à l'époque, où des héros visitent le lointain et mystérieux empire d'Orient. 

Un riche passé 

Durant ses cinquante premières années, la salle connaît de nombreux changements et de nombreux propriétaires. C'est essentiellement un music-hall où on peut assister à des ballets et des numéros d'acrobatie ou d'adresse. Le chasseur de bison Buffalo Bill lui-même s'y est produit à la fin du XIXe siècle. Restaurée après 1910, l'enceinte accueille ensuite Maurice Chevalier, qui y connaîtra ses premiers succès, ce qui n'empêche pas la salle de faire faillite. Transformée en cinéma en 1926, elle connaîtra d'autres péripéties, dont notamment un terrible incendie en 1933 et fermera ses portes en 1969.

Punk, rock et humour

Le bâtiment ne rouvrira qu'en 1983, et profite alors de l'engouement pour le Punk et le rock. De grandes pointures du genre viendront s'y produire, comme Alain Bashung, Lou Reed, Téléphone ou encore Oasis. Le succès est au rendez-vous et depuis, la salle est devenue incontournable pour les artistes en tournée. S'y sont ainsi produits ces dernières années Stromae, Ellie Goulding, Kendrick Lamar ou encore Fauve, preuve de son éclectisme. 

Alain Bashung Live 2003 au Bataclan Faites monter par LoscarZik

La salle de 1500 places est également très prisée des humoristes. Jamel Debbouze ou encore Jean-Marie Bigard, y ont présenté des one-man shows. Définitivement dans le coeur des Parisiens, elle accueillait vendredi 13 novembre le concert du groupe Eagles of Death Metal, qui s'est terminé en tragédie à 21h40 avec l'irruption des terroristes.

Un site déjà menacé par le passé

Des menaces d'attaques ou d'attentats avaient déjà été planifiées sur ce site. En 2011, Farouk Ben Abbes, un Belge arrêté en Egypte après l'attentat qui a coûté la vie à la lycéenne Cécile Vannier, en février 2009 au Caire, avait confié à la DCRI qu'il «avait un projet d'attentat contre le Bataclan». En cause, selon lui et ses complices, le fait que les «propriétaires étaient des juifs». En 2007 et 2008, la salle avait aussi reçu plusieurs menaces islamistes suite à l'organisation de galas ou de réunions par des organisations juives.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles