La COP21, "un immense espoir que nous n'avons pas le droit de décevoir", selon Hollande

Le président François Hollande et le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius à leur arrivée le 30 novembre 2015 au Bourget pour l'ouverture de la COP21 [LOIC VENANCE / AFP] Le président François Hollande et le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius à leur arrivée le 30 novembre 2015 au Bourget pour l'ouverture de la COP21 [LOIC VENANCE / AFP]

Le président François Hollande a exhorté lundi les quelque 150 dirigeants de la planète réunis au Bourget pour la COP21 à ne pas "décevoir" l'"immense espoir" suscité par cette conférence, lors de son ouverture officielle.
 

"Il s'agit de décider ici, à Paris, de l'avenir même de la planète", a souligné le chef de l'Etat français, parlant d'un "jour historique" alors que "jamais une conférence n'avait accueilli autant d'autorités d'autant de pays"."Nous sommes au pied du mur... il n'est pas infranchissable", a-t-il ajouté.

"Les bons sentiments, les déclarations d'intention ne suffiront pas, nous sommes au bord d'un point de rupture", a-t-il insisté. Au terme de la conférence, "le 12 décembre, un accord doit être trouvé à Paris", a souligné François Hollande, qui demande un accord "différencié, universel et contraignant".

Pour le président français, un "bon accord, un grand accord" reposerait sur "trois conditions". La première, selon lui, serait de "dessiner une trajectoire crédible permettant de contenir le réchauffement climatique en dessous des 2 degrés celsius ou même 1,5 degré".

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles