Attentats : une lutte sans fin face au jihad

Manuel Valls présente ses nouvelles propositions pour lutter contre le terrorisme. Manuel Valls présente ses nouvelles propositions pour lutter contre le terrorisme. [ERIC FEFERBERG / POOL / AFP]

En dépit de l'importante mobilisation sur ce sujet, les organisations jihadistes continuent de recruter en France.

C’est le scénario que les autorités redoutaient. ­La quasi-totalité des actions terroristes qui ont frappé le pays en 2015 ont été menées par des Français radicalisés, la plupart passés par des zones de conflits du Moyen-Orient (Yémen, Syrie...). Des départs difficiles à endiguer, malgré les plans successifs du gouvernement. 

Plus de 1 000 Français auraient au total rejoints les rangs d’organisations jihadistes en Syrie ou en Irak, selon les derniers chiffres du ministère de l’Intérieur. Preuve de l’ampleur du phénomène, le numéro vert mis en place en 2014 à destination des familles a permis de repérer plus de 2 000 personnes radicalisées. Dans le même temps, les effectifs des services de renseignement ont ainsi été renforcés, et leurs prérogatives élargies. La radicalisation en prison est aussi au coeur des réflexions.

Mais la mobilisation se joue également sur Internet, avec le blocage des pages incitant au terrorisme et la mise en place d’un site pour contrer la propagande islamiste. Des mesures qui devraient être complétées cette année par un nouvel arsenal législatif, porté par Christiane Taubira. La garde des Sceaux a notamment évoqué un dispositif de contrôle administratif des personnes de retour de Syrie et d’Irak, possibles candidats à des actions terroristes sur le sol français.  

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles