Le Consistoire israélite de Marseille incite les juifs à enlever la kippa

Cette recommandation intervient au lendemain d'une agression antisémite.[REMY GABALDA / AFP]

Le Consistoire israélite de Marseille a incité mardi les juifs de la ville à enlever la kippa «dans cette période trouble, jusqu'à des jours meilleurs». Le grand rabbin de France et le président du Crif ont vivement réagi.

Zvi Ammar, son président, a justifié cette recommandation en expliquant que "devant la gravité des évènements (...) il faut prendre des décisions exceptionnelles, et, pour moi, la vie est plus sacrée que tout autre critère. (...) On est obligé de se cacher un petit peu", a-t-il déploré, insistant sur le fait qu'il n'avait "pas le choix" et que cet appel lui fait "mal au ventre".

"Malheureusement pour nous, on est ciblés: dès qu'on est identifiés, qu'on est juifs, on peut être agressés et même risquer la mort. Là, on a franchi un pas d'une extrême gravité", a ajouté ce responsable communautaire. L'État fait "tout pour nous assurer le maximum de protection", a tenu à souligner M. Ammar, mais "on ne peut pas demander plus. On ne va pas mettre un policier, un gendarme ou un militaire derrière chaque juif".

Une «attitude défaitiste, de renoncement» 

Une telle incitation a suscité de vives réactions. "Nous ne devons céder à rien, nous continuerons à porter la kippa" a ainsi enjoint le grand rabbin de France. Quand au président du Crif, il y a vu une "attitude défaitiste, de renoncement". Les juifs de France peuvent-ils se sentir en sécurité ? "Absolument, comme tout citoyen français, les juifs de France doivent se sentir en sécurité" et doivent "bien entendu" pouvoir porter la kippa dans la rue, a indiqué Christiane Taubira. "Nous sommes solidaires de la communauté. C'est à la communauté de prendre ses dispositions", a déclaré pour sa part maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin.

Lundi, un adolescent de 15 ans a agressé un enseignant juif de 35 ans à Marseille le blessant à l'épaule et au bras avec une machette. Le professeur portait une kippa au moment des faits. La garde à vue du mineur a été prolongée mardi de 24 heures. La communauté juive de Marseille compte quelque 70.000 membres sur une population de 855.000 habitants, selon le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), ce qui en fait la deuxième plus importante de France, derrière Paris et sa région, et une des plus nombreuses d'Europe également.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles