Ecoles publiques à Marseille : le gouvernement s'empare du dossier

La ministre de l'Education nationale Najat Vallaud-Belkacem lors des questions au gouvernement le 26 janvier 2016 à l'Assemblée nationale à Paris  [THOMAS SAMSON / AFP/Archives] La ministre de l'Education nationale Najat Vallaud-Belkacem lors des questions au gouvernement le 26 janvier 2016 à l'Assemblée nationale à Paris [THOMAS SAMSON / AFP/Archives]

Après plusieurs jours de polémique autour du délabrement de certaines écoles publiques à Marseille, le gouvernement a décidé, dans le "dialogue" mais aussi en réaction à une municipalité de Marseille qui semble "minimiser", de saisir le préfet pour "évaluer" et "remettre à niveau" les écoles.

Dans un courrier daté du 4 février, le gouvernement a demandé au préfet des Bouches-du-Rhône d'"évaluer les conditions de fonctionnement du service public d'éducation dans les écoles des quartiers prioritaires de la politique de la ville". Et, ajoute-t-il, "plus largement là où des dysfonctionnements vous seraient signalés".

Le ministre de la Ville Patrick Kanner à la sortie du Conseil des ministres le 3 février 2016 à Paris [STEPHANE DE SAKUTIN / AFP/Archives]
Photo ci-dessus : Le ministre de la Ville Patrick Kanner à la sortie du Conseil des ministres le 3 février 2016 à Paris

La ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, et le ministre de la Ville, Patrick Kanner, précisent dans cette lettre, révélée par La Provence, que cette évaluation doit intégrer "l'ensemble des éléments de sécurité, de salubrité, d'hygiène et de santé publique, mais aussi les conditions d'apprentissage des élèves et de travail des enseignants".

A lire aussi : Sondage : êtes-vous favorable à la simplification de l'orthographe ?

"L'objectif de cette évaluation, c'est de s'assurer que le travail continue à avancer et que la donne va vraiment changer pour les écoles des quartiers nord", a expliqué le ministère de l'Education nationale, joint par l'AFP.

Le gouvernement donne "un mois" au préfet pour "réunir à échéances régulières les instances de travail communes associant l'ensemble des acteurs éducatifs concernés" afin "d'identifier d'abord les urgences particulièrement criantes au vu notamment de la potentielle exposition des élèves à des risques de nature sanitaire et sécuritaire".

Une salle de classe de l'école Saint-Louis-Consolat le 2 février 2016 à Marseille  [BORIS HORVAT / AFP/Archives]
Photo ci-dessus : Une salle de classe de l'école Saint-Louis-Consolat le 2 février 2016 à Marseille

Elles devront ensuite "établir un programme de travaux à moyen terme permettant une remise à niveau du parc d'établissements du premier degré marseillais".

"Nous sommes vraiment dans une logique de dialogue avec la mairie, pour avancer, pour travailler avec la mairie, les acteurs locaux, le rectorat pour trouver une solution dans les écoles", insiste-t-on au ministère de l'Education nationale.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles