Tout savoir sur Reda Kriket, l'homme qui projetait un attentat en France

Il a joué un rôle important dans le financement d'une filière jihadiste belge.[DR]

Reda Kriket, l'homme interpellé jeudi à Boulogne-Billancourt pour un projet d'attentat en France, fait partie de la mouvance du prédicateur bruxellois Khalid Zerkani, tout comme Abdelhamid Abaaoud, ou encore Najim Laachraoui, l'un des kamikazes de Bruxelles.

Né le 17 janvier 1982 à Courbevoie (Hauts-de-Seine), Reda Kriket, de nationalité française, était connu pour résider à Ixelles, une commune de Bruxelles, quand un mandat d'arrêt international avait été émis contre lui en mars 2014.

A lire aussi : Attentats de Paris : Salah Abdeslam minimise son rôle et charge son frère

Lors d'un vaste procès d'une filière d'acheminement de jihadistes vers la Syrie, dirigée par un Bruxellois de 41 ans, Khalid Zerkani, qualifié par les autorités judiciaires belges de "plus grand recruteur de candidats au jihad qu'on ait jamais connu en Belgique", Reda Kriket avait écopé en juillet 2015 de dix ans de prison par défaut. Le jugement soulignait qu'il avait déjà été condamné à cinq ans de prison à Nanterre en 2005.

Il reversait une partie du butin de ses braquages

D'après les éléments de l'enquête, il a joué un rôle important dans le financement de la filière de Zerkani, en reversant une partie de ses braquages et activités de recel, au nom du principe musulman de la Ghanima, le partage du butin de guerre.

A lire aussi : Un troisième commando projetait une fusillade dans Bruxelles, comme à Paris

Au total, 28 personnes avaient été condamnées dans cette vaste filière qui avait recruté et envoyé en Syrie de nombreux jeunes, parmi lesquels figuraient Abdelhamid Abaaoud et Chakib Akrouh, deux des auteurs des attentats du 13 novembre. Abdelhamid Abaaoud était lui condamné en son absence à 20 ans de réclusion.

L'interpellation jeudi matin de Reda Kriket  a conduit dans la soirée les policiers à un appartement d'Argenteuil où la perquisition a permis de trouver plusieurs fusils d'assaut dont des kalachnikovs et des explosifs - parmi lesquels une petite quantité de TATP. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles