Cinq raisons de se mettre au vélo électrique

Le VAE est un moyen de transport qui fait de plus en plus d'adeptes[Letarnec Cyclable]

Après avoir déjà convaincu les Néerlandais ou les Allemands, le VAE s’implante sérieusement sur le marché français. Ceux qui l’imaginent réservé aux plus âgés en mal de dynamisme vont déchanter : il se révèle idéal pour les actifs, urbains et écolos.

1) Une activité physique bénéfique pour la santé

Contrairement à un cyclomoteur, un vélo électrique ne fait pas tout de lui-même. Certes, l’assistance électrique fournit un sérieux coup de pouce, jusqu’à 25 kilomètres à l’heure, mais il faut néanmoins pédaler… Une activité bénéfique à tous, quels que soient l’âge ou la condition physique. Les cardiologues recommandent d’ailleurs d’adopter un vélo électrique, puisque cette pratique réduit parmi la population le risque d’infarctus.

2) Un véritable atout pour gagner du temps au quotidien

C’est l’alternative aux embouteillages interminables au volant de sa voiture, ou aux transports en commun qui font de nombreux arrêts… Selon l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, sur une distance de moins de six kilomètres, en ville, il permet d’aller plus vite que les autres véhicules. Les services professionnels de livraison ne s’y sont pas trompés : ils en achètent en quantité pour améliorer la cadence de leurs employés. C’est notamment le cas de La Poste où, désormais, deux facteurs sur trois effectuent leurs tournées à vélo électrique.

3) Un moyen de transport respectueux de l’environnement

A chaque kilomètre parcouru, une voiture neuve rejette en moyenne, selon le Comité français des constructeurs d’automobiles, 115 grammes de CO2. Le vélo électrique, lui, peut s’enorgueillir de ne pas produire de gaz carbonique du tout. La seule dépense qu’il produit est de nature électrique mais elle reste raisonnable, ce qui en fait définitivement un outil écolo pour se déplacer.

4) Un véhicule qui place

la sécurité au premier planSelon le bilan provisoire du ministère de l’Intérieur, publié à la fin du mois de janvier dernier, le vélo (électrique ou non) reste l’un des véhicules les plus sûrs à utiliser sur le réseau routier français. Avec 151 décès recensés, il a fait en 2015 en moyenne quatre fois moins de victimes que la moto qui, elle, en a fait 619. Son bilan est également onze fois inférieur à celui de la voiture, à bord de laquelle 1 798 personnes ont perdu la vie au cours de la même période.

5) Un choix très judicieux pour le portefeuille

Certes, il faut compter entre 1 000 et 2 000 euros pour s’équiper d’un vélo à assistance électrique de bonne qualité. Mais, par la suite, les dépenses annuelles se limitent à l’entretien (de 50 à 100 euros), un antivol efficace (entre 20 et 30 euros) et, éventuellement, une assurance. Sachant qu’une batterie de vélo électrique a une durée de vie moyenne de quatre à cinq ans environ, l’investissement se révèle payant à long terme. Surtout, le coût est incomparablement plus bas que pour un automobiliste.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles