Enchères : Renaud empoche plus d'un million d'euros grâce à Tintin

Renaud, photographié ici le 7 janvier 2016, a commencé à collectionner des bandes-dessinées dans les années 1980. [Kenzo Tribouillard / AFP]

Samedi 30 avril, la maison Artcurial proposait aux enchères une partie de l'immense collection de bandes dessinées de Renaud. Une double planche du célèbre album d'Hergé lui appartenant, «Le Sceptre d'Ottokar», a été adjugée pour 1,046 million d'euros. 

Sur les quelques 700 lots mis en vente, où étaient représentés les plus prestigieux noms du neuvième art, 200 environ appartenaient au chanteur. «C'est la deuxième fois seulement qu'une planche de Tintin dépasse le million d'euros», a déclaré Eric Leroy, expert de la vente. La veille, ce dernier avait indiqué que Renaud a commencé sa collection de BD dans les années 1980 en achetant justement des planches de Hergé, son auteur favori. 

A lire aussi : Renaud qualifie Hollande de «social-traitre»

Artcurial avait estimé entre 600 000 et 800 000 euros (hors frais) la double planche de fin de l'album, vendue samedi. «Plus d'un million d'euros, c'est un excellent résultat. Le marché est soutenu. L'univers d'Hergé est toujours conquérant», a estimé M. Leroy.

L'acheteur, un collectionneur anonyme

Réalisée à l'aquarelle bleue, gouache et encre de Chine, la double planche a été achetée au téléphone «par un collectionneur européen, amateur depuis longtemps», a précisé M. Leroy. Publié en 1939, «Le sceptre d'Ottokar» est le huitième opus des aventures de Tintin. Renaud avait acquis cette double page auprès de la veuve du dessinateur Le Rallic, chez qui Hergé a travaillé. «A l'époque, elle me la céda pour 100 000 Francs. C'était là la plus importante dépense de toute ma collection», a expliqué l'artiste. Au total, une centaine de pièces de la collection de BD du chanteur Renaud étaient proposées à la vente samedi par Artcurial. Elles sont parties pour 1,4 million d'euros, soit le double de leur estimation.

«Je ne suis plus collectionneur»

Renaud, qui vient de faire un retour triomphal avec son nouvel album vendu à 436 000 exemplaires en trois semaines, avait précisé dans le catalogue Artcurial, ne plus être collectionneur. «Je ne suis plus collectionneur. Je ne vends pas pour spéculer. Mes BD s'accumulent, prennent la poussière, se meurent doucement », justifie-t-il. En mars il avait indiqué au Parisien qu'il voulait aider financièrement sa fille Lolita avec cet argent : «Elle s'est séparée de Renan Luce et cela lui permettra de lui racheter sa part de leur maison», avait-il déclaré.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles