Les parents de Samy Amimour, l’un des terroristes du Bataclan, témoignent

Samy Amimour avait rejoint les rangs de Daesh en Syrie en septembre 2013. [HO / AL-HAYAT MEDIA CENTRE / AFP]

Dans un témoignage recueilli par BFMTV, les parents de Samy Amimour, l’un des tueurs sanguinaires du Bataclan lors des attentats du 13 novembre, évoquent leur incompréhension face aux actes de leur fils.

La famille de Samy Amimour explique avoir décidé de sortir du silence près de six mois après les attaques pour ne pas être associés à ses crimes. La mère du terroriste n’a pas quitté l’appartement de Drancy (Seine-Saint-Denis) pendant deux mois après les attentats et limite encore aujourd’hui ses sorties au maximum. «On n’a pas envie de croiser les gens, d’être confrontés à leur regard, d’avoir à expliquer, de se justifier», raconte-t-elle à BFMTV.

Une double peine

Lorsqu’elle évoque le soir du 13 novembre, la mère songe aux victimes de son fils. «Je pense souvent à toutes ces personnes disparues qui laissent leur famille aussi dans la tristesse. Malheureusement je ne peux rien faire pour elles. J’ai la double peine : perdre mon fils et supporter la douleur des autres, souligne-t-elle. Du côté du père de Samy Amimour, séparé de la mère, c’est l’incompréhension qui domine : «Je ne réalise pas, je n’arrive pas à comprendre. Faire une chose pareille. C’est impensable».

A lire aussi : La mère d'Hasna Aït Boulahcen réclame "justice"

Les parents, des musulmans laïques, sont d’autant plus désoeuvrés qu’ils ont tenté à plusieurs reprises de sortir Samy Amimour de l’engrenage de la radicalisation. Sans succès puisque le jeune homme finira par rejoindre les rangs de Daesh en Syrie en septembre 2013. Sa mère avait ainsi alerté le maire de Drancy et fait appel aux services d’un imam modéré. «Je me suis sentie complètement impuissante», raconte-t-elle. Son père s’était même rendu seul à en Turquie pour tenter, en vain, de ramener en France son fils.

Le 13 novembre, Samy Amimour est le premier terroriste du Bataclan à être tué par les policiers. Il a été inhumé fin décembre dans une sépulture anonyme au cimetière intercommunal de la Courneuve. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles