Une ado vendue 9.000 euros et forcée de se prostituer

Le réseau de proxénétisme, originaire du Nigéria, menaçait les victimes de pratiques vaudoues. Photo d'illustration. [JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP]

Le journal Le Progès a rapporté dimanche qu'un réseau de proxénétisme originaire du Nigéria a été démantelé par la PJ de Lyon. Une dizaine de jeunes femmes, après avoir été vendues, étaient forcées de se prostituer. Parmi elles, une adolescente cédée pour 9.000 euros.

Deux femmes âgées d’une trentaine d’années sont soupçonnées d’avoir tenu ce réseau. Ces dernières menaçaient les victimes de pratiques vaudoues détaille le quotidien.

A lire aussi : Les cas d'enfants sorciers se multiplient au Royaume-Uni

Les deux maquerelles présumées leur faisaient ainsi croire que le marabout les surveillait de près et qu’il  pouvait décider de leur sort si elles refusaient d’obéir. Et c’est de cette façon que, des nuits entières sans jamais pouvoir se reposer,  que les jeunes femmes qu’elles avaient à leur merci ont été obligées de se prostituer sur les trottoirs de Lyon. Elles ont été mises en examen vendredi 20 mai.

16 ans et vendue 9.000 euros dans un café

Les enquêteurs ont retracé la filière. Ils ont constaté qu’elle traversait la Méditerranée et l’Europe, avec des passeurs infiltrés dans les flots de migrants. Les adolescentes, à qui on promettait un emploi en France, passaient par des camps de réfugiés en Libye, avant de rejoindre l’Italie par bateau. D’autres transitaient par Dubaï.

A lire aussi : Les migrants mineurs disparus risquent l'esclavage ou la prostitution

L’une d’entre elles, une adolescente âgée d’à peine 16 ans, aurait d’abord été utilisée comme femme de ménage à Paris, avant d’être ensuite vendue pour 9.000 euros à une terrasse de café de la capitale. C’est comme ça qu'elle aurait ensuite été expédiée à Lyon, auprès des maquerelles qui lui ont réclamé 50.000 euros pour rembourser sa dette. Les enquêteurs soupçonnent l’existence de plusieurs ramifications de ce réseau international dans plusieurs pays européens.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles