Une commune de Vendée veut acheter sa Tour Eiffel

Depuis un mois, tous les week-ends, on constate un afflux de personnes qui viennent voir cette Tour Eiffel face à la mer.[LOIC VENANCE / AFP]

De Las Vegas à la Vendée, les répliques de la Tour Eiffel font venir les touristes. Surtout quand elles ont vue sur mer.

La station balnéaire de Saint-Hilaire-de-Riez (Vendée), voisine de Saint-Gilles-Croix-de-Vie, envisage ainsi sérieusement de racheter une réplique de la Tour Eiffel de 32 mètres de haut qui trône le long de l'une de ses plages. Construit initialement pour l'arrivée le 24 septembre d'une course en mobylette déjantée, l'ouvrage de 12 tonnes aurait dû être démonté après la manifestation.

A lire aussi : Vendée : une Tour Eiffel avec vue sur mer

Des retombées économiques

Mais il est devenu une attraction locale et les animations autour de l’ouvrage singulier se multiplient. «Depuis un mois, tous les week-ends, on constate un afflux de personnes qui viennent voir cette Tour Eiffel face à la mer» confie le maire de Saint-Hilaire, Laurent Boudelier, «surpris de cet engouement» pour la «Dame de fer» vendéenne, qui fait un dixième de la taille de sa grande soeur parisienne. Du coup, le démontage de la structure a été repoussé à la Toussaint dans un premier temps.

Mais les élus de la commune voient maintenant plus loin et plus grand. «Il y a des retombées économiques directes et indirectes, mais aussi en terme de notoriété. Notre station, pourtant importante, n'est pas connue à l'échelle nationale. Avec cette Tour Eiffel, on parle de nous», poursuit le maire de la station balnéaire de 11.000 habitants l'hiver, 120.000 l'été. L'idée d'acquérir la «Tour Eiffel de Vendée» a fait son chemin.

A lire aussi : Un opéra-karaoké géant sous la tour Eiffel

Accueillir les skippers du Vendée Globe

L'ouvrage au 7.392 boulons suivrait alors le destin de sa grande sœur parisienne. Prévue pour être démontée après l’exposition de 1889, la dame de Fer veille toujours sur Paris. Mais la transaction est encore loin d’être finalisée. La commune doit encore s’entendre sur le prix avec la société d'évenementiel propriétaire de la structure. Et accessoirement s'assurer que l'ouvrage ne rouille pas. Dans tous les cas, la structure devra quitter son emplacement actuel, un parking, pour se faire une place en centre-ville ou sur la plage.

Pendant ce temps, les idées saugrenues et originales se multiplient pour lui trouver une fonction. La dernière en date la voit déménager provisoirement aux Sables-d'Olonne pour accueillir les skippers du Vendée Globe...

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles