Une mère reconnaît des actes de torture sur son bébé lors de son procès

L'accusée a changé de version plusieurs fois. [AFP / ARCHIVES]

Au premier jour de son procès devant la cour d’assises de Charente pour actes de torture et de barbarie sur son bébé de trois mois, Amandine Artige a reconnu les faits.

Le 21 mars 2014, la petite fille avait été grièvement brûlée au visage. Le nourrisson présentait également les marques d’une dizaine de morsures.

Lors de sa garde à vue, la mère avait avoué avoir infligé les blessures à son enfant avant de se rétracter devant le juge d’instruction, affirmant avoir été victime de pressions des policiers.

A lire aussi : Une famille de réfugiés aurait voulu vendre son bébé sur eBay

Du détergent sur le visage de la fillette

Mercredi, l’affaire a connu un nouveau coup de théâtre, rapporté par la presse locale. L’accusée a en effet de nouveau changé de version lors de son interrogatoire par le président du tribunal. Après la diffusion dans la salle d’audience de photos du visage brûlé du bébé et l’intervention d’un médecin légiste, Amandine Artige a reconnu avoir versé du détergent sur sa fille ainsi que l’avoir mordue à plusieurs reprises. 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles