Affaire Tapie : Christine Lagarde face à la justice

L'ancienne ministre va devoir expliquer sa gestion du litige concernant la revente d'Adidas. L'ancienne ministre va devoir expliquer sa gestion du litige concernant la revente d'Adidas.[© LILIAN AUFFRET / SIPA//AUFFRET]

L’ancienne ministre fait face, à partir de ce lundi, à la Cour de justice de la République (CJR).

La juridiction d'exception juge les crimes et délits commis par les membres du gouvernement dans l’exercice de leurs fonctions. En cause : la gestion de Christine Lagarde du litige opposant Bernard Tapie au Crédit Lyonnais, concernant la revente, en 1994, d’Adidas.

A lire aussi : Tapie, le bagarreur

En 2007, alors à la tête de Bercy, l’actuelle patronne du FMI avait autorisé la mise en place d’un ­arbitrage privé. Ce dernier ayant donné raison à l’homme d’affaires, lui octroyant plus de 400 millions d’euros, Christine Lagarde avait ensuite renoncé, en 2008, à contester cette sentence.

La patronne du FMi risque la prison

Des décisions prises avec «légèreté» et dans la «précipitation», selon les enquêteurs, qui ont entraîné un détournement de fonds ­publics. Affirmant avoir agi «de bonne foi», l’ex-ministre risque jusqu’à un an de prison et 15 000 euros d’amende.

A lire aussi : Affaire Adidas : Tapie dénonce un "déni de justice"

Depuis 1993, date de la création de la CJR, seules sept personnes ont déjà comparu.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles